Lettre à cette rencontre éphémère – Les Jolies Plumes #12

Source: Naked in the rain, Deviant Art
Source: Naked in the rain, Deviant Art

Cher presque inconnu,

Je me permets de t’écrire pour mettre des mots sur le tourbillon que tu as été dans ma vie. Notre rencontre fut libératrice… bouleversante, et je voulais que tu le saches. Cela s’appelle gratitude, remercier la vie pour ce qu’elle nous offre.

Laisse moi te rappeler l’expérience hors du commun que nous avons vécu, laisse moi faire vivre à nouveau ces sensations que j’ai éprouvées avec toi, laisse moi coucher sur le papier ces mots retenus dans mon esprit, dans mon corps…

En ce jour ensoleillé, j’étais sur un banc, dans un des recoins du parc où j’avais l’habitude d’aller. Je lisais, un roman sur l’histoire de la guerre froide, mais tout en restant consciente de l’environnement qui m’entourait. Je sentais le frisson de l’air qui m’effleurait, légère brise, je sentais la chaleur du soleil sur ma peau, douce sensation. Et je t’avais vu, toi, assis sur un banc, pas très loin. Tu semblais plongé dans un livre, un bel ouvrage avec des reliures dorées, mais je savais que tu faisais seulement semblant d’être captivé par ce que tu lisais. Ce qui te captivait, c’était… moi. J’avais remarqué tes discrets, mais fréquents, coups d’oeils dans ma direction.

Ce manège dura quelques temps, jusqu’à ce que nos yeux finissent par se croiser. Intensité de nos regards, nous étions irrésistiblement attirés l’un par l’autre. Tu savais que le moment était venu, tu t’es rapproché, sans un mot. Seul le vent dans les arbres, seuls les bruits lointains de la ville  rompaient le silence qu’il y avait entre nous. Tu t’es assis à côté de moi, doucement, tu t’es penché, nos regards se fixaient… et nous nous sommes embrassés.

Toi, cette personne à laquelle je n’avais jamais parlé, toi dont je ne savais rien, sauf ton intérêt pour la lecture et les beaux livres, toi tu étais là, en contact physique avec moi.

Ce baiser avait attisé notre désir, alors, sans un mot, par peur de briser la magie qui s’était installée entre nous, nous sommes allés chez moi. Et je tairai la suite… Par peur que des mots mal choisis, qu’une tournure de phrase maladroite, brise la magie du moment hors du temps que nous avons vécu. Gardons cet instant précieux pour nous, pour notre seule mémoire…. Chut, souviens toi seulement….

Mais je voulais que tu saches que ce moment m’a libérée. Je me suis sentie libre, libre comme je ne l’avais jamais été. C’était la première fois que je m’autorisais à céder à mes sensations physiques, la première fois que j’acceptais de sortir de ce cadre d’une relation amoureuse. Et je me suis sentie libre, tellement libérée, désinhibée… Et cela m’a fait tellement de bien, de sortir de ce cadre que je m’étais imposée pour respecter les préceptes de la société. Je me suis sentie en accord avec moi même, et je voulais que tu saches tout le positif que cela m’a apporté.

Je te remercie, M., presque inconnu, pour ce moment,

I.

Titre: "When life gives you lemons, make limonade" - Naked in the rain - Deviant Art
Titre: « When life gives you lemons, make limonade » – Naked in the rain – Deviant Art

***

Voici ma participation au 12e Jolies Plumes :) Et oui, déjà un an que cet atelier d’écriture a commencé! Je remercie Célie et Fabienne d’organiser ce rendez vous des amoureuses de l’écrit!

Le thème ce mois-ci était « écrire une lettre », pour le reste, liberté à notre imagination!

***

PS: Cette histoire n’est pas autobiographique ;) (j’espère ne pas vous avoir choqué)

PPS: J’avais pensé à écrire ma lettre sur le thème de la souffrance, quelqu’un qui souffre et n’arrive pas à se débarrasser de sa douleur, mais je ne voulais pas vous infliger un thème aussi triste, donc j’en ai trouvé un autre :)

J’aime #bis

Bon j’ai un peu triché dans mon dernier article de « J’aime« , je voulais surtout m’en servir pour vous faire part de mes ressentis actuels, maintenant je vais vous emmener un peu plus dans mon univers… Et je me suis forcée à vraiment parler de moi et des mes goûts, chose que j’évite de faire habituellement… Ce dont je parle dans mon blog, j’arrive à le faire parce que je considère que mes expériences peuvent être utiles aux autres (celles des autres me sont utiles, donc), mais juste parler de moi, de ce que j’aime, de ce que je suis… C’est un exercice que j’ai vraiment beaucoup de mal à faire, même IRL… Un peu peur d’être perçue comme « la fille aux goûts vraiment trop étranges » et donc de ne pas être appréciée… (Oui je sais, j’ai pas mal de croyances à remettre en cause…)

J’aime… laisser mon esprit voyager, vagabonder

Imagine

Ferme les yeux

Envole-toi

Dans ce grand ciel étoilé

Sens le frisson de l’air contre ta peau

Le sens-tu t‘envahir, ce bien être…?

J’aime… là, au bord de la mer, me promener

Dans la campagne, mais aussi au centre ville,

Au hasard des rues piétonnes,

Me laisser aller au plaisir de mieux découvrir là où j’habite

Au plaisir de découvrir de magnifiques arbres fleuris

Ces si jolis magnolias qui n’attendent qu’à s’ouvrir.

Source: National Geographic - Un de mes fonds d'écran...
Source: National Geographic – Un de mes fonds d’écran…

J’aime… revenir au contact de la nature

Prendre soin de notre planète

– Belle terre trop abîmée –

Me rendre au marché

Craquer devant tous ces fruits, tous ces légumes

Cuisiner, toutes ces saveurs associer,

Laisser ma créativité s’exprimer,

Tiens et si je faisais ce gâteau aux abricots au doux parfum de lavande ?

J’aime… rencontrer des personnes,

Elargir mes connaissances

M’enrichir au contact des autres

Ouvrir mon esprit

Essayer, expérimenter, découvrir,

Servir des repas pour des personnes avec trop peu de moyens,

Etre ravie de ces moments passés auprès d’elles.

achilles-tang-line-islands_82424_990x742

J’aime… me sentir libre,

Faire ce qu’il me plaît

Oublier le regard des autres

Oublier les préjugés de la société

Danser, me laisser aller, être enivrée par la musique,

Chanter, au sein d’un groupe, pour une fois, être sans peur.

J’aime aussi… me reposer,

Rester toute la matinée dans mon lit

Prendre un temps de calme

Profiter de cette possible tranquillité

J’aime… sens-tu ce doux parfum de sérénité t’envahir ?

Celui de profiter des joies simples de la vie,

Etre heureuse simplement,

Sentir ce doux parfum s’échapper de cette poudre d’orange,

Poudre de fée pour un peu de magie dans notre vie…

Source: quelque part sur le net il y a longtemps...
Source: quelque part sur le net il y a longtemps…

J’aime… – Les jolies plumes #11

Et un article des Jolies Plumes, pour vous donner des nouvelles de ce qu’il se passe pour moi actuellement et pour dépoussiérer un peu cet endroit… Mon blog chéri que je n’oublie pas, même si j’accorde vraiment beaucoup moins de temps au virtuel ces derniers temps… (et pas à cause du beau temps :p) (Enfin passons sur le « beau temps » aujourd’hui) Mais je vous lis toujours et ai toujours mon blog dans un coin de la tête! Mais j’évolue toujours et je voulais partager avec vous mes dernières avancées, donc me revoici :)

Mezmorized by Grace - 2014-09-03_279433_nature.jpg

Le thème de la onzième rencontre des Jolies Plumes est donc « Une liste de « j’aime » ». Voici la mienne

J’aime… écouter de la musique dynamique, positive, qui me donne envie de sourire, qui me donne envie de danser…

J’aime… danser, laisser libre cours à mon corps, le laisser s’exprimer à l’abri du regard des autres…

J’aime… passer trois jours avec des personnes très intéressantes dans le but d’apprendre à se faire confiance, d’aimer la belle personne que l’on est, de s’accepter telle que l’on est…

J’aime… me découvrir, en apprendre plus sur ma personnalité, m’accepter comme je suis…

J’aime… dépasser mes limites, me fixer des défis, sortir de ma zone de confort…

J’aime… oser chanter et danser, avec d’autres, tous ensemble dans un groupe uni, heureux d’être tous là ensemble, oser lâcher prise en public…

J’aime… me dire que je suis sur la bonne voie, que j’avance, que j’évolue…

J’aime… me dire que mon ex n’était définitivement pas la personne qui me convenait, comprendre des choses pour les éviter par la suite car elles ne m’ont pas rendu heureuse…

J’aime… avoir confiance en l’avenir, même si je ne sais pas du tout ce que 2016 me réserve, même si je ne suis pas prête de me remettre en couple comme je veux partir, loin, là bas…

J’aime… accepter sereinement mes 27 ans, même si je suis très loin des standards habituels, même si je n’ai pas encore fini mes études (bientôt bientôt), même si je ne suis pas prête d’être dans une relation stable, même si je ne suis pas prête d’avoir un travail stable…

J’aime… écrire, retrouver le clavier…

J’aime… vous lire…

J’aime… me sentir bien…

J’aime… la vie…

long_tailed_tits_by_alecsps-d6sprsu

Les jolies plumes #5 – L’histoire de Lucie la fraise

Il était une fois… l’histoire d’une petite fraise, Charlotte Lucie, qui poussait dans un grand jardin, dans une propriété à la campagne. Mais Lucie s’ennuyait : elle en avait marre d’être attachée à son pied de fraisier. Elle aimait ses amies les autres fraises, mais voir toujours le même sol et les mêmes fraises commençait à la lasser. Elle ne pouvait même pas voir le ciel à cause des feuilles! Elle avait envie d’autre chose.

Mais que pouvait-elle espérer d’autre? Elle n’était qu’une fraise attachée à son fraisier et ne pouvait partir seule… Pourtant un jour, un chat en recherche d’aventures vint se promener dans ce coin du jardin. Toute excitée, Lucie saisit cette occasion!

« Ô toi chat si malicieux, indépendant et qui peut aller partout comme bon lui semble, peux-tu m’aider à m’évader de cette prison verte? J’aimerais voir le monde, et toi avec tes pattes agiles, tu pourrais m’emmener ailleurs! »

Le chat répondit : « Je voudrais bien t’aider, petite fraise, mais ce n’est pas avec moi que tu iras très loin. Chaque soir, je rentre chez mes maîtres. Je ne pourrai donc pas t’apporter l’évasion que tu recherches. »

Déçue, Lucie comprit, et laissa partir le chat sans insister.

Plus tard, une souris passa. Lucie ne se laissa pas abattre et s’adressa à la souris :

« Ô toi petite souris des champs qui peut te faufiler partout, peux-tu m’aider à me libérer de cette prison verte? J’aimerais tant parcourir le monde! »

La souris répondit: « J’aimerais t’aider, mais le seul endroit où je peux t’emmener est le fond du trou où je vis. Je ne pense pas que tu seras très heureuse dans cette obscurité. »

En effet, Lucie avait envie de voir enfin le soleil et surtout pas de se terrer dans le noir. Elle laissa la souris partir sans insister.

Lucie était déçue, mais pas abattue. Elle gardait l’espoir de pouvoir partir. Plus tard, un oiseau gourmand en recherche de fruits à picorer vint se poser à côté des fraises. Lucie était toute excitée, lui enfin allait pouvoir l’aider!

« Ô toi grand oiseau qui a le pouvoir de voler, aide moi s’il te plaît! J’aimerais tant m’échapper de cette prison, voir le soleil et les paysages qui m’entourent. Toi seul pourra m’aider! »

L’oiseau surpris, regarda la fraise, et réfléchit:

« – Hum… Petite fraise, tu sais que je suis venue ici pour vous manger? Tu ne seras pas en sécurité avec moi, es-tu prête à prendre le risque de te faire manger?

– Oui, je suis déterminée. De toute façon, soit je meurs ici sur ce fraisier sans être mangée ou cueillie, soit je suis mangée par un animal ou par un humain, soit j’ai l’opportunité de voir un peu le monde avant de finir ma courte vie.

– C’est un bon argument… Je veux bien t’aider à accomplir ton rêve si tu es prête à courir ce risque. Alors viens, accroche-toi, et c’est parti! »

L’oiseau prit délicatement Lucie dans son bec, agita ses grandes ailes, et s’envola. Lucie était toute émerveillée, elle regarda les paysages sous elle avec de grands yeux.

« Oh mais c’est splendide la terre! Et dire que je n’avais jamais pu voir cela auparavant, c’est si injuste! »

L’oiseau s’attendrit en entendant la réaction de Lucie. C’est vrai que lui avait la chance de pouvoir voir le monde d’en haut. Bien peu avaient cette chance. Il décida alors d’aider Lucie. Ils firent un tour ensemble, puis ils revinrent au nid de l’oiseau. Il lui dit alors:

« Tu m’as touché petite fraise. Grâce à toi j’ai pris conscience de la chance que j’avais de pouvoir être libre. Alors pour te remercier, je ne vais pas te manger et je vais te laisser au bord de mon nid. Tu pourras ainsi contempler le monde autant que tu le souhaites. »

Lucie avait les yeux brillants: « Oh merci, tu es si gentil grand oiseau! »

Et c’est ainsi que se créa une amitié entre une fraise et un oiseau…

coppery-headed-emerald-hummingbird_83584_990x742

***

clique ici :) – Je suis encore plus sortie de ma zone de confort avec ce texte, j’espère qu’il vous a plu!

Mes autres articles dans le cadre des Jolies Plumes se trouvent ici.

***

Article écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture Les jolies plumes, organisé par Miss Blemish et Jaiécrit.

Le principe: une fois par mois, les blogueuses volontaires publient un texte sur un thème donné. Ce mois-ci, le thème était, non pas un thème, mais un genre : le conte:

« Votre seule consigne ? Commencer votre texte par « Il était une fois… » A partir de là, tout est permis ! »

Si vous voulez nous rejoindre, vous pouvez vous inscrire à l’adresse suivante:

latelierdesjoliesplumes@gmail.com :)