Pourquoi j’aime le rap

« Sais-tu vraiment ce qu’est le rap français ? Pas une machine à sous, mais une machine à penser » C’est la phrase qui est écrite sur le maillot de cette photo prise en 2010, et qui résume bien l’idée de cet article. (ce t-shirt est de la marque Le Savoir est une arme, qui a été créée par le rappeur Medine) Petite précision avant de commencer : je ne vais pas parler du rap dans son ensemble car tous les sons ne se valent pas, loin de là. Certains n’offrent aucune réflexion, loin de là, très loin de là, et ne sont que commerciaux, et ce n’est pas de ce rap là dont je vais parler. Je vais vous parler du rap conscient, pourquoi j’aime ce genre, et ce qu’il m’a apporté.

J’écris cet article parce que ça m’énerve l’image négative que ce genre musical a. Dès qu’un son de rap se fait entendre, c’est tout de suite « ah éloignez de mes oreilles cette musique de sauvages, comment on peut écouter ça, c’est vraiment de la m**** » et ça me contrarie parce que j’apprécie ce genre et qu’il m’a beaucoup apporté. (Après évidemment, chacun ses goûts, on a le droit de ne pas aimer ce genre de musique)

Ce qui m’a donné envie d’écrire cet article, c’est l’émission de France Inter, Affaires sensibles (j’en reparlerai prochainement) consacrée à NTM. Je trouve cette émission intéressante parce qu’elle amène à réfléchir au sens des paroles de ce groupe (ils ne disent pas F*** la police juste pour le plaisir d’insulter la police), et parce qu’elle défend les lettres de noblesse du rap. Oui certains sons peuvent être très bien écrits, ce ne sont pas juste des mots assemblés les uns aux autres par hasard histoire de sonner bien, il y a de nombreuses figures de style derrière, des effets sont recherchés.

Ce que j’aime dans ce genre, c’est que les rappeurs parlent de leur réalité, la vie dans les banlieues, l’islam, le fait d’être origine étrangère, et leur réalité, on ne la connaît pas, ou on la connaît seulement à travers le prisme des médias, et les médias ils peuvent bien raconter ce qu’ils veulent et déformer la réalité pour véhiculer le message qui les arrange… Alors que ici, c’est eux qui racontent leurs expériences et leur vécu, et cela permet de mieux se rendre compte de ce qu’ils vivent vraiment. Ca m’a vraiment beaucoup ouvert l’esprit.

Pour illustrer cette idée, je vais vous parler de quatre artistes qui m’ont marqué (J’ai mis en lien les paroles des musiques, qui se trouvent sur le site Genius. Ce site a la particularité d’expliquer certains passages des textes.)

  • Salif

Dans son album Curriculum vital, Salif parle de manière brute de sa vie dans les banlieues, avec authenticité. Dans le son « R.U.E. (Reflet d’Une Epoque)« , il parle du piège que représente la rue, de la puissance du groupe dans les banlieues, du sentiment de faire partie d’un ensemble, et de sentir coincé ici. Dans « Cursus scolaire« , il explique pourquoi l’école ne l’intéressait plus, pourquoi il a abandonné et pourquoi il regrette. « Warriors » est une dédicace à son groupe d’amis de jeunesse, il raconte leur vie, et les chemins différents qu’ils ont pris parce que « la misère nous rassemble, mais ce putain de destin nous éloigne »

  • Keny Arkana

Keny Arkana a la rage et exprime sa colère face aux dérives des sociétés capitalistes, et qui cherchent à nous faire avaler les messages qui les arrangent. Elle vous nous inciter à réfléchir face au conditionnement de la société et à s’opposer à ce que l’on nous impose.

Désobéissance civile résume bien ses idées :

« Trop nombreux sont ceux qui ont oubliés le passé
L’histoire de l’homme : une honte, faut-il te le ressasser ?

Le monde une spirale ou les mêmes erreurs sont retracées
A force de côtoyer l’horreur, nos cœurs sont devenus glacés
Nous parlent que d’profits, la condition de l’homme effacé
Mondialisation et concurrence sont leurs uniques phrasés
Les peuples unilatéralement écrasés, la création menacée
Multinationales et croissance ont tracée leurs routes sur nos libertés
Ils ont juré, craché qu’rien n’entravera la leur à l’heure ou les
Dictatures sont cachées
A cause de leurs profits, immédiat l’avenir est gâché
Cette bande d’ingrats ont réduit la planète à un grand marché
La loi des plus riches et beaucoup crèvent avant d’être âgés »

Elle exprime cette rage dans La rage :

« Parce qu’on a la rage, on restera debout quoi qu’il arrive
La rage d’aller jusqu’au bout et là où veut bien nous mener la vie
Parce qu’on a la rage, on pourra plus se taire ni s’asseoir dorénavant
On se tiendra prêt parce qu’on a la rage, le cœur et la foi
Parce qu’on a la rage, on restera debout quoi qu’il arrive
La rage d’aller jusqu’au bout et là où veut bien nous mener la vie
Parce qu’on a la rage, rien ne pourra plus nous arrêter
Insoumis, sage, marginal, humaniste ou révolté »

Dans V pour Vérités, elle dénonce le fait que les médias et les politiques tournent les messages à leur avantage pour semer la peur et la haine dans nos coeurs…

(Le présentateur télé après avoir été interrompu pendant son émission : )

« Mesdames et Messieurs, nous réitérons nos excuses après cet acte révoltant, Nous venons de récupérer définitivement l’antenne, nous insistons sur le fait que ce groupuscule étant extrêmement dangereux, tout ce que vous venez d’entendre n’est naturellement que purs mensonges »

Elle fait aussi des sons plus calmes, comme Prière :

  • Kery James

Mon son préféré de Kery James, c’est lui :

Bon ça s’adresse pas du tout à moi, mais je trouve ce son vraiment inspirant et motivant. Il insuffle une forte envie de réussir et de se surpasser malgré les obstacles de la vie. (rien que d’en parler, je me sens émue, c’est dire)

« Parce que la vie est un combat
Pour ceux d’en haut comme pour ceux d’en bas »

« Lève toi et marche ! »

« Et si tu pleures, pleure des larmes de détermination
Car ceci n’est pas une plainte, c’est une révolution !

Apprendre, comprendre, entreprendre, même si on a mal
S’élever, progresser, lutter, même quand on a mal

Banlieusards, forts et fiers de l’être
On est pas condamnés à l’échec »

Dans Au pays des droits de l’homme ?, il dénonce les conditions des prisons. Oui les personnes qui sont en prison ont commis quelque chose de mal, mais ne méritent-elles pas des conditions de détention humaines pour autant? On ne réfléchit jamais ou presque à ce sujet, et ce son permet de s’interroger là dessus. Parce que les conditions de détention sont loin de faire rêver…

Dans A l’ombre du show business, il dénonce le fait que le rap soit sous-médiatisé, et il résume ce dont je parle dans cet article. (Charles Aznavour a participé à cette musique)

« Ils tentent d’étouffer notre art faut être honnête
Ils refusent de reconnaître qu’en ce siècle les rappeurs sont les héritiers des poètes
Notre poésie est urbaine, l’art est universel
Notre poésie est humaine
Nos textes sont des toiles que dévoilent nos mal-êtres
Des destins sans étoiles
Nos lettres, photographies des instants
Deviendront des témoins chantant le passé au présent »

« Mon art est engagé, mon art à un sens
Mon art à une opinion, mon art est intense
Mon art ne s’excuse pas s’ il vous gène
Car il apaise nos cœurs, c’est le cri des Indigènes
Oh que j’aime la langue de Molière, j’suis à fleur de mots, tu sais ;
Y’a une âme derrière ma couleur de peau
Et si je pratique un art triste, c’est que mon cœur est une éponge
On est rappeurs et artistes même si ça vous dérange »

 

  • Médine

Ah Médine ! Je pourrais consacrer un article de blog voire plus à cet artiste tellement il aborde de thèmes dans ses sons. Il parle de sexisme, de lutte pour les droits des femmes, il s’oppose à l’excision, il parle d’évènements historiques comme le 11 septembre 2001, il parle de la guerre d’Algérie (le son 17 Octobre fait référence au 17 octobre 1961 où la police française a brutalement réprimé une manifestation d’Algériens à Paris) (vous connaissiez cet épisode de l’histoire française vous? Moi non avant d’écouter ce son) (les paroles figurent dans les manuels d’histoire de terminale !), il dénonce les conditions des détenus à Guatanamo et le fait que beaucoup de personnes incarcérées ici n’étaient pas coupables, il parle d’histoires d’hommes historiques peu connues en Occident, comme Malcom X, il raconte des histoires d’enfants qui ont souffert à cause de la cruauté des hommes (« Enfant du destin, enfant de la guerre »), comme des enfants indiens (d’Amérique), de la zone israëlo-palestienne, de l’esclavage, ou encore des exactions faites en Birmanie. (et oui les rappeurs en ont parlé bien avant les médias)

C’est ce son de Médine qui m’a fait prendre conscience qu’on vivait dans une société raciste, où on est tellement habitué au racisme que cela ne nous choque pas ou plus, et qu’on a nous aussi des comportements ou des pensées racistes mais que l’on n’a pas conscience que cela en est.

Cette musique fait référence à un événement de juillet 2004 : une femme a prétexté que des hommes noirs et arabes l’avaient attaqué dans le métro parisien sous prétexte qu’elle est juive. Cette prétendue agression a provoqué un scandale retentissant, tout le monde s’est insurgé qu’on agresse des juif.ve.s. Finalement on s’est assez rapidement rendu compte que cette agression n’était qu’un mensonge, et qu’il ne s’était rien passé en fait. Cette agression était un mensonge, mais cela n’avait choqué personne que des individus non blancs soient accusés de faire un tel acte. Parce que dans l’inconscient collectif, »personne non blanche » = « agresseur.se en puissance ». Et c’est ce que ce son dénonce, parce que personne ne s’est excusé qu’ils aient été accusés injustement.

« Question : Arabes et noirs ont-ils eu réparation ?
Réponse : Trois petits points de suspension…
Question : Vous sentez-vous français après cette scène ?
Réponse : J’attends le prochain match pour siffler la Marseillaise »

Ce son me permet de mieux comprendre que, oui on se plaint des problèmes dans les banlieues ou que oui les personnes non blanches n’ont pas toujours un comportement correct, qu’ils s’en prennent aux blancs. Mais en même temps on vit dans une société raciste, et ils doivent faire tous les jours avec le racisme. Donc ça n’a rien d’étonnant si cela nous retombe dessus ensuite…

Cet autre son aide à prendre du recul sur l’islamophobie aussi :

Elle m’a fait prendre conscience que l’islamophobie est vraiment très présente, parce que la société veut nous inciter à ne pas faire confiance aux personnes d’origine arabe, et surtout musulmanes. Et ce son dédramatise vraiment le discours des médias et des politiques qui veulent nous faire peur…

Deux messages de Medine : « L’amour des siens, c’est pas la haine des autres » et « C’est la force de la culture face à la culture de la force »

J’ai vu Médine en concert, et c’était un moment fort, de voir ce rappeur dénoncer des thèmes, de s’engager, et qu’en même temps il y ait une super ambiance. C’était vraiment un beau moment, j’ai beaucoup aimé.

 

Après, au delà des paroles, je trouve le style musical intéressant parce que je le trouve apaisant. Je trouve qu’il me permet d’extérioriser de la colère, de l’énervement, et après avoir écouté des sons de rap, je me sens plus calme (C’est propre à chacun, chaque style de musique apporte des choses différentes, mais seul le rap me fait cet effet)

 

Voilà, j’espère que cet article vous aura apporté une autre vision du rap 🙂 Honnêtement quel autre musical a une telle richesse d’enseignement et de réflexions ?

 

PS : Pour l’anecdote, la citation « Ecrire c’est magique, ça peut te sortir de l’enfer » qui se trouve dans mon profil Hellocoton vient d’un son de Medine. Une autre citation qui m’a beaucoup aidé pendant mes (longues) études, « Détermination discipline travail » (simple directe et efficace), vient d’un album du rappeur Alpha 5.20. Et le sous-titre de mon blog « Déploie tes ailes, deviens qui tu es, ose ! » vient d’un son de Keny Arkana 🙂

PPS : Evitez svp de poster un commentaire pour juste dire que vous n’écoutez pas du rap parce que vraiment vous n’appréciez pas ce genre musical (ça ne peut pas plaire à tout le monde), ça sera franchement hors sujet, ce n’est pas du tout l’objet de cet article.

Publicités

Pourquoi j’ai disparu de la blogosphère

Bonjour à toutes et à tous, (ça fait trop formel comme formule de politesse, c’est pas grave)

Ca faisait longtemps, très longtemps, que je n’avais pas écrit pour mon blog, mais je crois que j’ai envie de reprendre le clavier et de republier à nouveau.

Je me suis éloignée de la blogosphère et du virtuel pour plusieurs raisons :

  • Mon travail et les temps de trajet me prennent pas mal de temps. Lire des blogs prend pas mal de temps. Je rentre tard chez moi le soir, et j’ai moins de temps pour moi, et je me suis demandée si j’avais envie de passer ce temps là à lire des articles de blogs ou si j’avais envie de faire autre chose.
  • Je me suis interrogée sur le fait de publier sa vie et ses pensées en public. Ecrire ou publier des photos sur le net revient à s’exposer et à potentiellement recevoir des commentaires, qui vont donner leurs avis sur ce que l’on a écrit, qui vont valider ou ne pas valider ce que nous avons écrit. Et j’ai eu envie de prendre du recul sur cette visibilité et sur cette validation ou non validation. Le dernier article que j’ai publié est très intime, peut être même un peu trop, je me suis beaucoup (trop?)  exposée. Et je ne suis pas sûre de l’avoir bien vécu en fait. Ce que l’on ressent, c’est perso, et on n’a pas toujours envie d’avoir les avis des autres dessus, même si c’est positif. C’est pour ça que j’ai désactivé les commentaires sur mon blog.  Et puis j’ai ressenti l’envie de ne plus avoir la validation des gens. Oui vos commentaires me font plaisir, mais à ce moment là je n’avais plus envie d’avoir des « c’est bien tu avances ». Je voulais me retrouver plus confrontée à moi-même, seule, sans avis ou soutiens extérieurs. J’ai aussi remis en cause mes publications sur Instagram. Je me suis demandée ce que cela m’apportait, à part le fait de recevoir quelques likes. Pourquoi ce besoin de partager sa vie en public, même si on n’a pas (forcément) de retours?
  • Les raisons débiles ou ridicules mais que j’assume : Honnêtement, je constate que la blogosphère sur Hellocoton est constituée d’un réseau, qu’il y a des liens plus ou moins forts entre certaines bloggueuses, et que je suis peu intégrée dans celui-ci. Même si je vous apprécie, je ne recherche pas à avoir des liens plus proches. Je ne me sens donc pas forcément à ma place, et cela m’incite moins à rester.
  • De plus, on a toutes nos manières d’écrire, et certaines touchent plus que d’autres, transmettent plus d’émotions, et la mienne ne fait pas partie de celle-là, et j’avoue que cela me décourage un peu. (Je n’écris pas ces deux points pour être rassurée ou autres, c’est juste mon ressenti)
  • Dans les blogs que je lis, les autrices racontent plus ou moins leur vie. Et en fait je me suis rendue compte que lire tous les jours ou presque la vie des gens, ça n’a rien d’anodin en fait. Selon ce que la personne dit, cela peut amener à s’interroger sur sa vie à soi, ou à ressentir sa tristesse, ses difficultés. Ce n’est pas anodin de lire tous les jours la vie des autres. Par exemple, quand j’ai commencé à prendre du recul, j’étais célibataire et très heureuse de l’être. Honnêtement j’en ai strictement rien à faire d’être en couple ou non (d’ailleurs je crois que je préfère être célibataire, c’est plus simple à gérer), et je n’avais donc vraiment aucune envie de lire des articles qui disent « l’amour c’est trop bien, ça apporte beaucoup de bonnes choses ». Oui ok, mais moi je me sens bien dans mon célibat, donc pourquoi est-ce que je devrais lire ces articles qui me font culpabiliser de me sentir bien d’être seule? C’est difficile de faire le tri dans son fil Hellocoton. On lit forcément le titre des articles et de quoi ils parlent, donc même si c’est juste un aperçu, cela a un impact aussi. Et puis je me dis, oui c’est une bloggueuse que j’apprécie, alors je devrais lire tous les articles qu’elle publie, sinon c’est moins sympa. Donc je me suis interrogée là dessus, et j’ai eu envie de prendre du recul sur la vie des gens pour me concentrer sur ma vie à moi, sur mes ressentis, sans me sentir influencée par la façon dont les gens vivent leur vie.

 

Plusieurs mois après, où j’en suis :

  • Pendant un mois, je me suis imposée de ne lire aucun blog. J’avais l’habitude de le faire tous les matins, et à la place j’ai lu mon magazine Flow et j’ai beaucoup apprécié. A force, j’ai perdu l’habitude de lire des blogs, et je n’ai plus l’idée de le faire tous les jours.
  • Cependant, honnêtement, errer sur le net fait partie d’une des « activités » qui me ressource après une journée de travail. Je ne sais pas si c’est une perte de temps ou pas, mais toujours est-il que je me sens généralement plus reposée après une session glandage sur Internet. Je m’interroge beaucoup sur ce que cela m’apporte, mais je ne suis pas sûre d’avoir envie de perdre ce moment.
  • Je me suis rendue compte que la force des blogs (et d’Instagram), c’est de faire partie d’une communauté. Et une communauté, c’est fort. Les personnes qui ont un groupe d’ami-e-s IRL ne ressentent pas forcément cela, mais de mon côté je n’ai pas de groupe d’ami-e-s IRL, et le virtuel m’apporte beaucoup. A côté des blogs, je suis sur un autre forum, et ce virtuel m’apporte beaucoup. L’invitation de Rozie à venir chez elle m’a beaucoup touchée, et m’a rappelé la force de cette communauté.
  • J’écris tous les jours dans un cahier et j’ai trouvé une application pour archiver mes photos, mais je trouve que cela ne remplace pas un blog. Dans mon cahier, j’écris à chaud tous les jours. Dans un blog, j’écris un article sur un thème qui me permet de prendre plus de recul. Et garder ses écrits pour soi n’est pas la même chose que les partager sur le net. Je trouve que cela n’a pas la même implication ni le même effet. C’est un peu un engagement de partager ses écrits en public, et puis il y a aussi la joie d’être lu-e par les autres.

Je vais peut-être, sûrement, reprendre mon blog, on verra comment j’arrive à caser ça dans ma vie. Tout ce que je sais maintenant, c’est qu’écrire et publier cet article me réjouit 🙂

Pour faire un point sur ma situation actuelle :

  • J’ai toujours le même job et honnêtement je n’aime pas mon travail, je m’ennuie passionnément à mon poste, et je ne suis pas du tout enthousiaste de ce que je fais. Mais bon c’est comme ça pour le moment, c’est compliqué, j’y reviendrai dans un autre article.
  • Je suis en couple depuis 3 mois, je pense que c’est un couple sain où nous respectons la liberté de chacun, mais j’ai du mal avec le fait de m’affirmer et de concilier ma vie avec quelqu’un d’autre.
  • Cela se passe bien dans la région où je suis depuis un an et quatre mois, même si l’intégration sociale est compliquée et je crois que l’absence d’ami-e-s proches me pèse un peu.
  • Pour résumer : ça va mais ça pourrait être mieux 🙂

A bientôt pour un nouvel article et au plaisir de vous lire! Et merci à vous ❤

PS : Aujourd’hui ça fait 4 ans jour pour jour que je bloggue 🙂

Ce que la maladie de mon frère a changé chez moi

J’en avais parlé il y a deux ans (ma seule et unique grande Une sur Hellocoton, qui a fait exploser les statistiques de mon blog, et de très loin mon article le plus lu sur mon blog) (ça n’a pas d’importance, c’est juste pour rallonger l’introduction de cet article pour que le fait essentiel n’apparaisse pas sur Hellocoton ^^), mon petit frère est décédé à l’âge de 11 ans des suites d’un cancer, il y a de ça 12 ans (pfiou oui ça fait très très loin, ça me fait bizarre que ça soit aussi lointain…), et je me rends compte que voir un enfant aussi jeune tomber malade et en mourir, ça a impacté ma vie et ma manière de penser, et ce encore aujourd’hui.
Voici donc les changements que j’ai pu identifier (je me confie sans filtre dans cet article, je ne me suis jamais dévoilée ainsi à qui que ce soit) :

* Je suis désolée d’écrire ça, mais les décès des personnes âgées, des grands parents, me laissent plus ou moins insensible. Je veux dire, c’est normal que vous soyez triste et qu’un décès soit douloureux, et je le comprends, mais j’ai du mal à compatir à votre douleur parce que c’est dans l’ordre des choses qu’une personne âgée décède alors que ce n’est pas dans l’ordre des choses qu’un enfant s’en aille. (J’ai lu dernièrement un article de blog d’une personne qui parlait de la perte de sa grand mère, et je n’ai pas réussi à ressentir vraiment d’émotions, et cela m’a un peu troublé)

* Je suis désolée d’écrire ça aussi, mais je n’ai pas de compassion envers les gens qui « ont peur des aiguilles » parce que si tu es (gravement) malade et que tu doives aller à l’hôpital, que tu aies peur ou non, il faudra bien que tu les subisses ces aiguilles. Mon frère n’a pas eu le choix, donc je suis assez insensible à cet argument. (Et les gens qui ne donnent pas leur sang à cause de cet argument m’énervent un peu)

* De la même manière, je ne comprends pas les gens qui s’opposent au don d’organes.

* La peur de mourir dans un accident de la route est assez présente quand je conduis. Cela ne me freine pas, mais j’en ai particulièrement conscience. Parce que c’est une mort tellement évitable (je ne veux culpabiliser personne dans cette phrase, mais la plupart des accidents pourrait être évitée), tellement soudaine, que je ne souhaite pas que ma famille soit confrontée à cela. Et après avoir été frappés par la maladie de manière totalement inexplicable, cela me fait peur que quelque chose d’aussi évitable nous arrive. (Je ne suis pas sûre d’être claire ici)

* J’ai conscience de la fragilité de la vie, que tout peut aller bien et que du jour au lendemain, tout ne peut plus aller bien. On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, et j’ai particulièrement conscience de cela. Je suis moins sereine après l’annonce de la naissance d’un enfant, parce que oui tout va bien maintenant, mais on ne sait pas ce qu’il peut se passer plus tard… Ce n’est pas une pensée envahissante, juste une ombre qui passe. Cependant, je m’interroge sur l’impact que cela a sur mon désir d’avoir des enfants. Avoir conscience qu’un enfant peut tomber malade sans raison peut être un frein dans le fait d’en vouloir et je me demande si cela m’impacte ou pas. Je pense que oui, mais d’un autre côté je n’ai pas envie que cette peur prenne le dessus… De plus, comme j’ai une conscience accrue qu’un enfant peut décéder, j’ai plus envie d’avoir trois enfants, car si l’un des trois décède, au moins il en restera deux (comme ça a été le cas pour ma soeur et moi) (j’en ai parlé à une amie et elle m’a répondu « ah oui le décès de ton frère t’a beaucoup impacté, tu es déjà allée voir un psy? » Donc ne me dites pas la même chose, merci)

* Je n’aime pas répondre à la question « Et toi, tu as combien de frères et soeurs? », parce que je réponds que j’ai une soeur, et je ne parle pas de mon frère. Si je parle de lui, cela crée tout de suite un malaise, un silence désagréable parce que c’est triste, et parce que je ne veux pas être perçue comme une fille qui a vécu des choses douloureuses dans sa vie, donc je ne parle de lui que rarement. Mais à chaque fois qu’on me pose cette fameuse question, je pense toujours très fort « et j’ai un frère aussi, mais il n’est plus là… »

* Je sais que des choses peuvent arriver sans explications dans la vie. C’est une chose douloureuse à admettre et à accepter que oui un enfant peut tomber gravement malade, et que oui c’est comme ça, il n’y a aucune explication, point final. Il nous a fallu longtemps, à ma famille et moi, pour l’accepter. Le plus compliqué, pour moi, cela a été de concilier cela avec la religion. Comment accepter que Dieu accepte que de jeunes enfants tombent gravement malades et en décèdent? Vraiment, c’est compliqué de faire avec cette réalité. Cela m’a éloigné de la religion pendant quelques années, mais je ne me sentais pas en paix avec Dieu pendant ces années là. Finalement j’ai rencontré un mec (musulman) très croyant et son intérêt pour la religion m’a donné envie de faire la paix avec Dieu. Je me suis replongée dans ma religion (catholique) et puis finalement, je sais pas, j’ai fini par trouver la paix. J’ai ressenti la présence de Dieu et j’ai compris qu’Il était Amour et qu’Il nous accompagnait dans cette épreuve. Pour réussir à concilier cela, j’ai accepté l’idée que c’est arrivé de manière indépendante de Dieu, parce que cela devait arriver, et Dieu était là pour nous accompagner, mais qu’Il n’était pas responsable de cela. Je ne peux pas accepter, je ne peux vraiment pas accepter, que Dieu ait décidé que mon frère soit malade. Vraiment je ne veux pas et ne peux pas croire en un Dieu qui soit comme cela.
Et donc j’ai accepté que des choses dans la vie puissent arriver sans raison, et quand des personnes se demandent pourquoi telle maladie, tel drame, arrive, je peux juste leur dire « parce que c’est ainsi », mais je sais que c’est un chemin d’acceptation que l’on doit faire soi-même, et que peu importe ce que les autres disent, seul-e nous même pouvons accepter cette vérité.
J’ai donc conscience qu’un cancer peut arriver sans aucune raison, et que même si on tente de s’en préserver en mangeant sain et en faisant de l’activité sportive (en gros), cela diminuera seulement le risque de ne pas en avoir un, mais ne l’éliminera jamais totalement… (on vit dans un monde tellement pollué de toute façon…)

* Je ne suis donc pas attirée par toutes les questions existencielles, parce que pour moi la seule réponse possible, c’est « parce que c’est ainsi ». J’ai conscience que c’est une forme de protection, que la seule réponse possible que je peux accepter, c’est le « c’est ainsi ». C’est une quête douloureuse pour moi et donc « c’est ainsi », et cela me suffit.

* Il m’a fallu longtemps, longtemps, pour réussir à parler de mon frère sans pleurer. Il m’a fallu 10 ans environ pour y arriver. Ca a commencé à évoluer il y a 3 ans, quand j’ai eu le déclic qu’il fallait que je m’attaque au problème si je ne voulais pas retomber dans une situation de dépendance affective. Je peux pas trop expliquer ce qu’il s’est passé, j’ai pris conscience que le départ de mon frère était un poids et qu’il fallait que j’ose en parler, que je pouvais en parler. Et donc depuis j’arrive plus facilement à en parler. Aujourd’hui j’ai enfin la sensation d’être en paix avec mon deuil (et ne me dites pas le contraire s’il vous plaît). C’est un chemin assez douloureux le deuil, on sait quand il commence, mais on ne sait pas quand il finit. De devoir accepter, de se sentir en paix, de bien vivre et de vivre bien avec le poids de cet événement… C’est assez compliqué de l’appréhender et de se sentir bien.

* Je culpabilise assez facilement pour diverses choses, et je me demande si cela a un lien avec la maladie de mon frère. Le fait que ça soit lui qui soit parti et pas moi, le fait de ne pas avoir été assez présente pendant sa maladie, de m’être énervée parfois, de ne pas avoir compris ce qu’il se passait… Je m’interroge sur l’impact que cela a sur moi.
Par ailleurs, je culpabilise un peu de m’éloigner géographiquement parlant de ma mère, parce qu’on est les seuls enfants qu’il lui reste avec ma soeur (mes parents ont divorcé) et donc je suis fière d’avoir réussi à partir habiter à 3 heures de route de chez mes parents, d’avoir réussi à m’affranchir de cela, mais il y a quand même toujours ce poids de la culpabilité vis-à-vis de ma mère qui est plus ou moins présent.

* Je me suis faite tatouer le mot « éphémère » parce que

Ainsi, tout passe sur la terre

Esprit, grâce, beauté, talent

Telle est une fleur éphémère

Que renverse le moindre vent…

* J’ai parlé des choses dont j’ai conscience mais je trouve cela assez difficile de se rendre compte vraiment de l’impact qu’une telle épreuve a sur nous, dans toute son étendue et toute son intensité. Donc je ne sais pas tout ^^

J’ai bien conscience que vous n’allez pas forcément apprécier certaines phrases que j’ai écrites et je suis désolée de cela, j’ai écrit les choses telles que je les ressens.

Les migrants.

Dernièrement, j’ai vu le documentaire « La mécanique des flux« . Il montre la situation des migrants, et je souhaite consigner ce que j’ai vu car c’est un sujet important, mais pour lequel je me sens impuissante, pour lequel on est tous et toutes plus ou moins impuissant-e-s.

Le film commence avec la police de contrôle des frontières en Croatie. Les policiers surveillent les frontières pour découvrir et arrêter les migrants. Ils se déplacent sur le terrain, mais regardent aussi des caméras de surveillance, des caméras thermiques, qui permettent de voir précisément des humains pendant la nuit. Ainsi, il est difficile d’échapper à leur regard. On peut voir des groupes de personnes passer, des parents avec leurs enfants… Le contrôleur nous dit :

« Ce sont des gens qui fuient la guerre. Ils fuient seulement la guerre. »

« Mais on fait notre job. »

Cette phrase m’a interpellé, parce que oui ils font leur job, mais est-ce un travail qui rend service aux humains, qui leur apporte quelque chose de positif ? Comment peut-on vivre sereinement en arrêtant des gens qui « fuient seulement la guerre »? Et je me suis demandée, pendant la seconde guerre mondiale, beaucoup de gens ont fuit les exterminations en allant dans des pays où ils étaient plus en sécurité, en franchissant des frontières. A cette époque, il n’y avait pas de caméras thermiques. Mais si cela avait été le cas ? Des films sont faits sur les histoires de juifs ou de tsiganes qui ont pu échapper à la mort grâce à leur fuite dans un pays en paix, et nous nous réjouissons que ces personnes ont eu la vie sauve, mais les gens qui vivent dans un pays en guerre actuellement, ont-ils eux la chance d’aller dans un pays qui les accueillent pendant que chez eux c’est en guerre ? Ce motif empêche-t-il les autorités de renvoyer les migrants chez eux ? Ce motif rend-il les migrants plus acceptables dans les pays où ils atterrissent ?

On voit ensuite des migrants parler de ce qu’ils ont vécu. Ils expliquent que chez eux, c’est la guerre, chez eux, c’est la famine, et ils ne peuvent pas rester dans leur pays, parce que s’ils restent, ils vont mourir. Et que peu importe s’ils meurent pendant leur périple, parce qu’ils se considèrent déjà comme morts. Et une personne déjà morte peut-elle avoir peur de la mort ? Pour eux, le seul choix possible, c’est partir. Ils savent que leur périple peut échouer, tout comme il peut réussir. Et s’ils réussissent, s’ils ont la chance que cela réussisse, ils se percevront comme des héros (je crois, je ne sais plus si c’est exactement cela qu’il a dit), et cela fera une belle histoire à raconter.

Des autres ont raconté leur périple pendant qu’ils traversaient la Méditerranée à bord d’un bateau surchargé. L’un d’eux s’est retrouvé dans un bateau où l’électricité ne marchait plus. Il n’y avait plus de lumière, ils ne pouvaient plus avancer. Par chance, ils ont croisé un bateau de militaires. Les militaires se sont arrêtés, mais ils ne pouvaient rien faire pour eux à part les prendre à bord. Mais ils pouvaient difficilement s’approcher du bateau des migrants à cause des vagues, ils risquaient de le renverser. Ils ont finalement décidé de partir et de les abandonner à leur sort, au milieu de la mer. Ils ont décidé de les abandonner au milieu de la mer, sans leur donner de possibilité de sortie. Finalement, ils ont croisé un bateau qui leur a donné de l’essence et ils ont pu naviguer jusqu’à une ville, après trois jours de navigation, sans eau, en étant serrés les uns contre les autres.

Un autre bateau a croisé un navire de gardes côtes grecques. Mais au lieu de les aider, les gardes côtes les ont insulté « fuck you » et leur ont dit de partir « get away ». Ils ont même percuté le bateau des migrants avec leur navire, à plusieurs reprises, ce qui a fait un trou dans le moyen de transport des migrants, et ce qui a amené celui-ci à se retourner. Des personnes sont mortes, et deux familles ont pu en échapper, car les gardes côtes les ont finalement pris à bord. Ils les ont pris à bord parce qu’un navire de gardes côtes turcs se rapprochaient d’eux.

Ensuite, un camp de détention en Grèce (je crois) est montré. Dans ce bâtiment, ils entassent les migrants dans des pièces dont ils n’ont pas le droit de sortir. Ils sont enfermés là dedans et ne peuvent même pas sortir dehors prendre l’air. Ils restent toute la journée écrasés les uns contre les autres. Ils sont entassés les uns contre les autres.  Et ils restent là dedans toute la journée, toute la nuit, tous les jours, sans avoir le droit d’en sortir.

Des images de migrants qui font la grève de la faim sont ensuite montrées. Pour exprimer leur volonté de ne plus se nourrir et de protester, ils se sont cousus la bouche. Ce n’est pas une image. Ils se sont cousus des fils pour qu’ils ne puissent plus ouvrir entièrement la bouche. Je ne sais pas ce qui les a mené à ce choix extrême, mais des migrants ont fait/font la grève de la faim pour protester contre leur condition.

Des migrants afghans témoignent ensuite. Ils vivent dans une usine désaffectée depuis deux ans. L’un d’eux dit :

« C’est la guerre chez nous, je ne pouvais pas rester. »

« Mais je suis né pour être un bon médecin ou un bon ingénieur. Pas un bon combattant. »

A la fin du film, un Africain s’exprime. Pour lui les migrants ne sont pas la cause de la crise économique en Europe. S’ils travaillent, s’ils perçoivent un salaire, s’ils s’intègrent dans la société, s’ils payent des impôts, alors eux aussi ils contribueront à la société, eux aussi ils contribueront à la croissance. Il explique que l’Afrique est vue comme une terre où l’Europe, les Etats Unis peuvent s’enrichir. Les entreprises d’armement contribuent aux guerres qu’il y a là bas en fournissant les combattants. Si cent Africains meurent, qu’est ce que cela peut faire tant qu’une personne européenne ou américaine s’enrichit ? L’Europe et l’Amérique ont tout à gagner que l’Afrique reste pauvre, car cela leur permet de faire des cultures pour ensuite nourrir le bétail des Occidentaux, pour ensuite nourrir les Occidentaux à faible coût. Même si cela fait monter le coût des céréales pour les locaux, qui ne peuvent ensuite plus l’acheter pour se nourrir eux-mêmes. Les ressources africaines sont fortement convoités par les Occidentaux, et l’instabilité de ce continent s’explique notamment par leur influence.

Mais tous ces gens qui fuient, qu’est ce qu’on en fait aujourd’hui ? Mais nous qu’est ce qu’on peut faire pour influencer positivement la situation et pour la réduire ?

Ce film me perturbe beaucoup parce que cette situation me révolte, et je me sens impuissante. Les migrants sont considérés comme des sous-humains indésirables en Europe.

Je pense à quelques pistes qui peuvent aider :

  • voter (ou ne pas voter) : Le pouvoir politique a une influence sur la façon dont les migrants sont accueillis/rejetés dans le pays, et on peut agir sur les représentants qui sont en place.
  • consommer différemment : on ne s’en rend pas compte, nous qui avons tout à portée de main dans nos magasins, mais la production de certains aliments a un impact fort sur les populations locales. Il est possible de se détourner de ces aliments, ou de diminuer leur consommation, ou de choisir de consommer de manière responsable, car ils maintiennent les populations dans la pauvreté, ils leur prennent leurs ressources et ne leur permettent pas de se développer véritablement.
  • faire du bénévolat si possible, ou partir faire du bénévolat dans des pays qui en ont besoin. Mais il faut alors se renseigner sur la structure en place, car il est facile de croire que le bénévolat que nous faisons aide la population en place, mais des personnes parviennent à en tirer profit, et elles créent finalement encore plus de difficultés et de pauvreté dans le pays en question. Toujours bien se renseigner.
  • ne pas contribuer au climat de peur en répandant de fausses informations.

Je sais que les migrants sont un sujet sensible, mais je crois qu’il est important de se rappeler que ce sont avant tout seulement des humains, comme vous et moi, qui fuient des conflits dans leur pays, dans l’espoir de trouver une vie plus accueillante et plus douce…

Voir aussi : Une semaine avec les migrants à Calais.

 

L’attachement aux souvenirs

Je me suis fait voler mon ordinateur dernièrement, et j’ai perdu un certain nombre de données. Du coup, j’avais envie de partager mes réflexions et ressentis sur l’attachement aux souvenirs tel que je le vis depuis quelques jours… (nb : oui je sais il faut utiliser un disque externe, c’est la base en sécurité je le sais plus que très bien, mais je n’en ai pas, donc tant pis pour moi, mais ce n’est pas l’objet de ce post). (traduction : ne me faites pas la morale, merci)

Pour l’histoire, je me suis fait voler mon ordinateur dans le train. J’avais posé mon sac dans le compartiment à bagages, et en voulant redescendre à mon arrêt, je me suis rendue compte qu’on avait fouillé dans mon sac et que mon ordi avait disparu… La dame qui avait sa valise à côté de moi s’est fait voler sa valise et un autre monsieur s’est fait voler son sac avec son ordinateur… (donc conclusion : je sous-estimais et prenais à la légère les vols dans le train, mais force est de constater que sisi ça existe, et qu’il faut faire attention à ses affaires…)

J’ai perdu toutes mes musiques, mais c’est pas grave ça, ça se retélécharge, ça se retrouve sur les cds. J’ai aussi perdu des documents, mais rien d’essentiel je crois… (Mon CV et mon mémoire de fin de master se trouvent dans des mails.) Non ce qui m’embête, ce sont les images. J’avais mon ordinateur depuis 6 ans, donc on en accumule des choses en 6 ans, et surtout on en vit des choses pendant 6 ans… On fait des sorties avec sa famille, avec des ami-e-s, on passe des bons moments avec elles et eux, on a des ou une relation(s) amoureuse(s), et puis on voyage… Et on en collecte des choses, des belles images, des images qui (re)donnent le sourire, au travers de nos errances sur Internet… Et toutes ces choses, tous ces souvenirs, tous ces moments ne se revivent pas. La photo a été prise à un moment donné, a un lieu précis, lors d’un évènement précis, et cet évènement ne se reproduira jamais.

Je n’ai pas perdu toutes mes images car toutes celles que j’ai prises avec mon téléphone portable de 2015 à aujourd’hui sont sur Dropxbox, une partie de celles que j’ai prises en 2011-2013 sont sur des cartes SD, mais j’ai perdu toute l’année 2014, sauf les photos qui sont sur Instagram (Dropbox et mon tel n’avaient plus de mémoire). Et en 2014, je suis sortie avec un mec, ce qui signifie que je n’ai plus de photos de cette relation. On dit souvent que quand on se met en couple, il faut se débarrasser de tous les souvenirs physiques et concrets que l’on a des autres relations. Jeter toutes les photos, jeter tous les cadeaux, tous les mots d’amour qui ont été écrits, toutes ces choses que l’autre nous  a donné et que l’on a vécu avec lui. Mais je ne suis pas d’accord avec cette idée, car cette relation a existé, elle nous a apporté des choses, nous a rendu heureuses et nous a fait grandir, et je ne vois pas pourquoi, sous prétexte que l’on n’aime plus cette personne et qu’une autre est dans notre vie, on devrait se débarrasser de ce passé – tant que l’on en a des bons souvenirs. Et aujourd’hui, me retrouver sans souvenirs de cette relation, même si je n’ai plus regardé les photos depuis notre rupture, cela me fait bizarre. Comme si cette relation n’existait plus que dans ma mémoire maintenant, et que rien ou presque ne pouvait attester son existence. Comme si seule ma mémoire pouvait se souvenir de son existence, que tout reposait sur ma mémoire dorénavant, et c’est assez étrange comme sensation.

Ce qui me marque beaucoup, c’est que les photos que j’ai perdues, je ne les regardais pas. Elles étaient là, en souvenir des beaux moments et des belles expériences que j’avais vécu, mais je ne ressentais ni l’envie ni le besoin de les regarder. Et pourtant, depuis que je ne les ai plus, elles me manquent. Il y a un vide de ces photos dans mon nouvel ordi. Ce que j’avais le plus peur de perdre, ce sont mes photos de voyage. Je ne sais pas exactement pourquoi c’est à ces photos que je pense le plus. Tous les voyages que j’ai fait depuis 2012 étaient de très belles expériences qui m’ont laissé enchantée. Et je tiens à ces photos comme preuve de ce que j’ai vécu, et parce que je ne pourrai jamais revivre la même chose. Même si j’y retourne, je ne partirai pas forcément avec les mêmes personnes, je ne recroiserai pas les mêmes gens, et surtout cela ne sera plus de la découverte. Et je me rends compte qu’il y a des voyages auxquels je tiens le plus. Je ne sais pas pourquoi, mais les premiers auxquels j’ai pensé, c’est ceux que j’ai fait en Norvège et au Maroc en 2012, Monaco et Nîmes que j’ai visité en 2013, et ensuite le Chemin de Stevenson que j’ai fait en 2015 (et le Chemin de Compostelle que j’ai fait il y a deux semaines). Et après je me suis rappelée de mes 4 mois en Allemagne en 2012. Mais a priori j’ai toutes les photos de ces voyages, enfin presque.

Source : Photo of a day, National Geographic

J’ai fait d’autres voyages aussi, mais pour ceux-ci cela me dérange moins si je n’ai plus les photos. Peut être parce que ces voyages étaient moins marquants, moins riches en émotions, moins riches en découvertes, moins riches en aventures… Ce qui m’a rassuré et consolé un peu, c’était que j’ai des souvenirs physiques de ces voyages, puisque depuis 2012, je tiens des journaux de voyage. J’ai un carnet dans lequel je raconte ce que je fais, et j’y ai collé des photos, des images. Ceux-là au moins on ne pourra pas me les enlever… (sauf si la maison prend feu, mais c’est une autre histoire)

Ce qui m’a rassuré aussi en pensant à mes photos perdues de 2014, c’est que j’en avais posté sur Instagram, et que mon blog est toujours là pour me rappeler les souvenirs de cette année. Même s’il n’y a pas de photos perso, il y a mes écrits, il y a cette année qui est consignée quelque part sur le net. Tout n’est pas perdu, et cela me rassure, cela me fait du bien de le savoir.

Et pour les images que j’avais trouvées sur le net et que j’ai perdu définitivement (ou la capture d’écran de la toute première fois où j’ai été en une sur Hellocoton) (oui j’avoue), finalement je relativise avec le temps qui passe. Oui cela me faisait toujours plaisir de les regarder, de savoir qu’elles étaient là, mais au final j’en retrouverai d’autres qui me feront sourire aussi, et puis ces souvenirs ne s’effaceront pas… Et puis on évolue aussi. J’ai le disque dur de mon premier ordi, qui consigne mes souvenirs de 2008 à 2011, et cela me fait bizarre de revoir celle que j’ai été à ce moment là, de voir ce que j’aimais, ce qui m’animait à cette période. Ce n’est plus vraiment moi maintenant, et donc je me dis que c’est bien aussi que des choses appartenant au passé restent dans le passé. Elles nous définissaient à un moment donné, nous parlaient, mais ce n’est plus le cas maintenant. L’important c’est de savoir d’où l’on vient et ce que l’on a vécu, le reste ce sont des détails…

Donc si j’ai un seul conseil à vous donner, c’est : multipliez les sources de vos souvenirs. Ecrivez sur un cahier, sur le net, imprimez les photos, rangez les dans un album, publiez sur le net les moments qui vous font du bien (d’ailleurs je n’ai pas parlé de Facebook pour la simple raison que je ne poste quasiment rien là bas, donc Facebook n’est pas ma mémoire ^^) Bref faites vivre votre mémoire, rendez la concrète. Parce que si jamais un jour une partie de vos souvenirs disparaît, au moins il en restera toujours une trace quelque part….

Et d’ailleurs petit aparté, oui le stockage de ses données en ligne, dans des mails, sur le cloud, c’est bien, mais il ne faut pas oublier que pour conserver ces données sur Internet, il y a des serveurs qui tournent, et qui dit serveurs dit utilisation de beaucoup de ressources et dont dit pollution. C’est la raison pour laquelle j’évite d’abuser de ces fonctionnalités, même si elles sont très pratiques.

29 ans, en équilibre

Cette année, j’avais envie d’écrire cet article pour peut être rassurer et déculpabiliser celles et ceux qui en auraient besoin… Déculpabiliser parce que la situation de ma vie n’est pas très différente d’il y a un an, elle est même « pire » (entre guillemets), puisque je suis célibataire cette fois, et au chômage, toujours…

Et pourtant… Et pourtant, je me sens mieux que l’année dernière.

J’avance dans ma vie, même si on pourrait penser que non. Je suis à nouveau au chômage, mais j’ai trouvé un travail entre temps. Ca a été une expérience très intéressante, qui m’a aidé à mieux me connaître, et à mieux savoir ce que je recherche dans le monde professionnel. (Et ça fait une jolie ligne sur mon CV) Je voulais faire ce travail parce que sinon je ne savais pas quoi faire d’autre, je savais pourquoi ce métier m’attirait, et je suis très contente d’avoir pu le tester. Même si je me serais bien passée de retourner au chômage, même si ce n’est pas facile à digérer qu’un travail sur lequel on planifiait des projets et un avenir ne soit en fait qu’une erreur, même si j’avais déménagé pour ce travail, je suis contente d’avoir pu l’expérimenter, et je suis contente d’être dans la région dans laquelle je suis actuellement. J’ai confiance en l’avenir, je commence à mieux cerner quel genre de poste me conviendrait, dans quel contexte, il ne reste plus qu’à me lancer, et j’espère que tout va bien se passer cette fois…

J’ai été triste de quitter la ville où j’étais avant, parce que je l’aime beaucoup, et parce que j’avais un groupe d’amis là bas, j’avais rencontré de belles personnes avec lesquelles je me sentais bien, mais j’ai tout quitté parce que je voulais un travail qui me permette de parler allemand. Je ne suis pas partie en Allemagne parce que c’était compliqué, mais je suis très contente d’être dans une région à laquelle je ne connais rien. Avant j’habitais à 1h de route de chez mes parents, avant j’étais dans ma région d’origine, même si ce n’était pas le même département, maintenant j’habite à 1h de TGV de chez mes parents (3h de route environ), maintenant je suis dans une nouvelle région, et toute cette nouveauté je trouve cela plutôt excitant et intéressant. Ce n’est pas un nouveau pays, mais c’est une nouvelle région dans laquelle j’ai beaucoup moins de répères, et je suis heureuse d’être là.

Les gens m’ont demandé si j’avais l’intention de rentrer chez moi, de redéménager, mes anciens managers étaient persuadés que j’allais le faire, mais je n’ai aucune raison de le faire. J’ai la chance d’être ici, et je veux en profiter, je ne veux pas la gâcher. Surtout que je n’ai pas eu le temps de vraiment la découvrir en 6 mois (travail trop intensif), et je veux aller à la rencontre de cette ville que j’ai plus effleurée que découverte pour le moment. Et je pense que c’est une bonne idée que je m’éloigne un peu de ma famille, que je m’éloigne plus.

Donc non, je suis contente d’être dans cette nouvelle ville, et même si je n’ai plus mon travail, que je n’ai aucun-e ami-e ici (je n’ai pas eu le temps de rencontrer des gens because travail trop intensif), je suis contente d’être là.

Source : Find your way, ferrohanc, Deviant Art

Et donc forcément, je n’ai pas rencontré de gens, donc je suis toujours célibataire. Pendant ces six derniers mois, ma (presque) seule préoccupation c’était  de trouver un équilibre malgré mon travail envahissant. Je pensais à mon équilibre avant tout, j’avais déjà du mal à le gérer, donc je ne voulais pas rajouter un mec là dedans… En juillet ça fera un an que je serai célibataire, mais je le vis très bien. Ca reste un peu difficile de bien le vivre et de ne pas ressentir l’envie d’être en couple vis à vis des autres qui sont en couple, parce que bon j’ai 29 ans quand même… Mais je m’en fiche, je suis heureuse comme ça.

Et j’avance aussi sur le plan de l’épanouissement personnel. La méditation me fait beaucoup de bien, j’arrive à prendre plus de recul vis à vis de mes pensées, j’évite au maximum les pensées négatives dont le seul intérêt est d’avoir un impact négatif sur nous, et je me sens moins stressée. J’ai de plus en plus conscience de ma personnalité, je sais que je suis introvertie, peut être un peu plus sensible que les autres, je sais que j’ai encore mon moi intérieur à découvrir, que je cache encore beaucoup de choses au fond de moi et qu’il faut que j’aille à leur rencontre. Ca avance tout doucement.

Source : John Peter, Deviant Art

J’ai aussi pris beaucoup de distance vis à vis de la dépendance affective. J’ai bien avancé, je m’en suis rendue compte en reparlant avec N. La période où on se parle est passée, on a quasiment plus de contacts, mais je suis contente qu’on se soit reparlé, car j’ai pu voir mes avancées, voir que je pouvais prendre de la distance, et j’éprouve de la gratitude pour cette pseudo amitié car elle m’apprend tellement sur les relations humaines… Même si bon c’est loin d’être la plus joyeuse et la plus profonde qui soit, c’est celle qui m’apprend le plus.

Donc j’avance, je ne vous cache pas que cela me fait bizarre d’approcher des 30 ans, d’avancer dans le cycle de la vie, mais j’avance et c’est le principal.