Etre en forme malgré un rythme gourmand en énergie

Mon nouveau travail m’impose un rythme assez soutenu la semaine : j’ai des journées longues et chargées (et se forcer toute la journée à faire des choses qui n’ont aucun intérêt pour nous et qui ne nous stimulent pas consomme encore plus d’énergie que juste faire quelque chose qui nous intéresse ou nous plaît), et en plus de ça, je ne travaille pas dans la ville où j’habite donc je prends le train tous les jours et mon temps de transport assez significatif me fait rentrer assez tard chez moi et me prend aussi de l’énergie.

Donc depuis juin, je cherche à mettre en place des choses pour ne pas être dévorée par la fatigue et par mon travail. Je veux vivre la semaine, et pas juste travailler. Etre en couple ne simplifie pas forcément les choses aussi, il faut réussir à trouver un ajustement qui nous convient pour pouvoir se ressourcer suffisamment et rester en forme.

De plus, je me suis rendue compte que la fatigue a un impact énorme sur mon moral. C’est simple, quand je suis en forme, je supporte bien mon travail et je suis (plus ou moins) productive, et mon moral est bon, et quand je suis fatiguée, je ne suis pas productive, je ne supporte pas mon travail, et mon moral est mauvais. (Je parle de productivité parce que notre temps est facturé aux clients donc il faut tout le temps être productif.ve sinon on fait perdre de l’argent au cabinet)

Je voulais donc partager mes astuces avec vous pour avoir de l’énergie malgré tout :

Pour commencer, deux bases :

  • La première, vous vous en doutez, mais c’est la base de tout : dormir suffisamment.

Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais je vois tout de suite la différence entre une nuit où j’ai dormi suffisamment et une nuit où je me suis couchée trop tard ou que j’ai mal dormi.

  • La deuxième est liée au cycle féminin.

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais selon la période de notre cycle (ovulation, règles…), notre corps n’a pas les mêmes besoins ni la même énergie. Pour résumer, il y a quatre périodes : (je me suis servie de l’article du site Le palais savant)

  • La semaine après ses règles : c’est une période de force physique, de confiance, et d’énergie dynamique, tournée vers l’inspiration (phase « vierge »)
  • L’ovulation : le rayonnement change, c’est un amour tourné vers les autres. On a envie d’aider ses amis, d’être là pour les autres, de soutenir et réconforter. C’est une période propice pour créer et nourrir ses projets
  • La période avant les règles : attention forte accumulation d’énergie qui doit sortir! Vous risquez de vous surprendre à dire ce que vous pensez avec dureté, et vous serez moins patiente pour les banalités ou la routine du quotidien.
  • Les règles : On est complètement tournées vers l’intérieur, plus de fatigue physique. On a beaucoup plus besoin de sommeil, si possible ralentissez le rythme.

Comme vous pouvez le constater, l’énergie diffère selon les semaines. Je n’avais pas conscience de cela avant, mais depuis que je fais ce travail, je me suis rendue compte qu’il y a des semaines où je suis plus fatiguée sans raison et d’autres où j’ai plus d’énergie sans raison.

C’est important de prendre conscience de ça, car les semaines où on a plus d’énergie, c’est mieux d’en profiter pour faire des choses, et les semaines où on est plus fatiguée, c’est important de prendre plus de temps pour soi pour se reposer et se ressourcer. Cela aide à mieux tenir.

Ensuite pour rentrer dans les détails :

  • Trouver son rythme :

Ce travail me faisait me lever plus tôt que n’importe quelle autre obligation que j’avais eu pendant ma vie. Et qui dit se lever plus tôt, dit se coucher plus tôt. J’ai donc essayé d’avancer mon heure de coucher pour pouvoir dormir suffisamment, et… ça a été difficile. Je n’aimais pas l’heure à laquelle je me couchais, et je n’aimais pas non plus l’heure à laquelle je me réveillais.

Et puis finalement, au bout de 3 mois, j’ai décidé d’arrêter de m’imposer ce rythme qui ne me convenait pas, et de prendre un train qui part 30 minutes plus tard et qui me fait arriver 10 minutes trop tard au travail. Mais je pars plus tard le soir pour compenser ou je prends sur ma pause déjeuner, donc mon temps de travail est respecté. Et je m’en porte beaucoup mieux. C’est juste 30 minutes, c’est rien, mais ces 30 minutes sont plus en adéquation avec mon rythme naturel de vie.

De plus, je ne suis pas du matin et je ne suis pas (du tout) productive à 8h30, alors que je le suis toujours à 18h, quand je dois partir (ce qui me frustre à chaque fois), donc ce rythme est plus intéressant par rapport à mon travail.

  • Ne pas s’obliger à faire des choses que l’on n’a pas envie (si on peut les éviter) :

Je ne peux donc pas rentrer chez moi le midi et je suis obligée de manger dans mon entreprise. Cependant, ce moment ne m’apporte rien de positif. J’apprécie mes collègues, mais on ne sait généralement pas quoi se dire pendant les repas de midi. Il y a des blancs, je ne me sens pas à l’aise, ça dure plus longtemps que ce que j’aimerais, bref je déteste ce contexte et il n’est donc pas du tout ressourçant pour moi. Cependant, on est une petite structure, et donc c’est plus difficile si on ne veut pas manger avec les autres.

Mais j’ai besoin de me ressourcer le midi, je préfère de loin lire un livre, donc je fais en sorte de ne pas aller au repas avec les autres. Je me dis que les autres qui peuvent rentrer chez elles, personne ne leur dit rien, elles ne sont pas moins intégrées pour autant, donc je m’en fiche. En été, je sors manger dehors, mais par cette saison, c’est plus difficile…

C’est un exemple de moment gourmand en énergie mais que l’on pourrait éviter pour garder son énergie pour soi.

  • Faire des pauses :

Alors non je ne parle pas de faire des longues pauses de 10-15 minutes régulièrement, puisque ce n’est bien sûr pas la politique de mon entreprise (le temps c’est de l’argent), mais de trouver le moyen de faire des pauses qui coupent vraiment de ce que l’on est en train de faire et qui permettent de s’aérer l’esprit.

Le magazine Flow en parle dans un article, ce qui repose c’est de chercher le contraste par rapport à ses activités habituelles. Pour cela, après avoir passé une heure et demie ou deux heures devant son ordinateur, cela fait du bien de se lever pour aller chercher un café, faire un tour aux toilettes, boire un coup…

Je me rends compte que cela me fatigue plus de passer 4h assise devant mon ordinateur sans ouvrir la bouche, que si j’ai discuté un peu avec des gens (des clients ou mes collègues) ou que je me suis levée un peu. La monotonie n’est pas reposante.

De plus, j’ai l’habitude de méditer tous les soirs 15 minutes avant de dormir, mais en ce moment j’ai envie de me coucher plus tôt, et la méditation ne m’arrangeait plus trop. La méditation a aussi pour effet de donner un coup de fouet, de redonner de l’énergie. Ainsi, les jours où j’étais fatiguée, j’ai médité pendant ma pause de midi. Je m’enferme dans les toilettes, et je médite. Prendre conscience de soi, de son corps est aussi un moyen de retrouver son énergie. Je me sens plus en forme et concentrée les après midi après avoir pris ce temps.

La sieste est aussi un moyen pour se reposer. Juste fermer les yeux pendant 5 minutes, s’isoler de toute stimulation extérieure permet de se reposer. Je le fais tout le temps quand je suis très fatiguée, et je me sens beaucoup mieux l’après midi.

  • Prendre du temps pour soi :

Je me suis particulièrement rendue compte de l’importance de ces moments en solitaire quand j’ai commencé à être en couple. Avant je passais toutes mes soirées ou presque seule la semaine, et cela me ressourçait de ces journées gourmandes en énergie. Maintenant ce n’est plus pareil, puisque je suis introvertie et que les soirées avec mon copain ne me permettent pas de me ressourcer autant que j’en aurais besoin.

Du coup, une fois par semaine je passe la soirée seule, et cela me fait beaucoup de bien. Je me rends compte que je suis beaucoup plus fatiguée ou irritable le jeudi quand je n’ai pas pu être seule le mercredi soir.

C’est important de faire des activités qui nous font du bien, qui nous ressourcent.

  • Ne pas tout reporter au week-end :

Avec un rythme intense la semaine, c’est naturellement tentant de ne faire aucune tâche ménagère ou aucune corvée les soirs. Cependant, il faut bien les faire un jour, et ce jour, c’est le week end. Mais le week end est précieux, puisque c’est ce moment qui nous permet de vraiment se reposer et de récupérer de la fatigue de la semaine.

Du coup, je me force à faire des tâches la semaine, même si cela prend sur mon temps de repos le soir. Mais savoir que faire cette tâche maintenant me libère du temps le week-end me réjouit, et me permet ainsi de plus me reposer à ce moment.

Bien sûr, si mon corps a besoin de se reposer, je me repose, ça attendra pour une autre fois!

Cependant, une activité qui est bien le week-end et qui permet de gagner plein de temps la semaine, c’est la cuisine. J’aime beaucoup cuisiner tous mes plats pour la semaine le week-end, comme ça le soir j’ai seulement à rentrer chez moi, et à faire réchauffer mon plat. Cela me fait gagner du temps et de l’énergie. Mais j’ai plus de mal à faire ceci depuis que je suis en couple, mais j’essaye de m’y atteler un peu.

  • Se booster (grâce à la nature) :

Quand on manque vraiment d’énergie, on peut se tourner vers des compléments. Prendre des vitamines fait du bien et donne un coup de boost à son corps. Le ginseng par exemple est une bonne aide.

La lithothérapie peut aider aussi. Le quartz est une pierre qui redonne de l’énergie. On peut l’utiliser de plusieurs façons. On peut prendre un bain d’élixir de quartz (j’aime bien ce nom, ça fait potion de sorcière) : pour cela, mettre les cristaux dans un verre d’eau la veille, et les laisser reposer toute la nuit pour que l’eau se charge en énergie. Le lendemain, faire couler un bain, et verser cet élixir dans l’eau. Se détendre dans son bain, et hop le lendemain vous serez plus énergique ! On peut aussi porter un cristal de quartz sur soi, la pierre vous transmettra ainsi son énergie toute la journée. Pour la recharger, il faut la mettre dans une géode ou la laisser au soleil.

Je n’ai pas encore testé les huiles essentielles, mais je pense le faire.

  • Faire des activités la semaine (si on a l’énergie pour) :

Avec un rythme intense, il est tentant de ne rien faire la semaine. Cependant, c’est frustrant pour le mental. Et avoir un bon mental permet d’avoir plus d’énergie. Ainsi, je me force parfois à faire une activité dans la semaine. Ainsi je suis allée à une soirée organisée dans un restaurant avec On va sortir (c’est là que j’ai rencontré mon copain), cela me permet ainsi de rencontrer du monde, de me changer les idées, et de changer ma routine.

Mais j’écoute mon corps aussi. Cette soirée me prend pas mal d’énergie (team introvertie), et donc je n’y vais pas souvent. De plus, j’avais essayé d’aller à un cours de danse le mercredi soir, mais c’était trop la course ce soir là, cela m’énervait et me stressait et je n’en retirais rien de positif malgré mon amour de cette activité, donc j’ai arrêté. Je fais une activité sportive le week end, et j’en profite bien plus. C’est aussi un moyen de me ressourcer, cela me détend et je me sens mieux et bien plus d’attaque pour reprendre la semaine.

 

Pour conclure, je dirais que le plus important, c’est de s’écouter. Et de ne pas se laisser entraîner dans ce rythme travail-fatigue sans chercher à prendre du recul et à trouver des solutions pour le vivre mieux.

(Ma fatigue est toujours plus ou moins présente selon les semaines, il y a toujours certains jours où je suis fatiguée, mais j’essaie de faire du mieux possible)

Publicités

5 commentaires sur « Etre en forme malgré un rythme gourmand en énergie »

Les commentaires sont fermés.