Ce que ma précédente relation m’a appris

Deux mois après ma rupture, j’avais envie de partager avec vous ce que cette relation amoureuse m’avait appris. Voici les grandes leçons que j’en ai tiré :

       * Les besoins et les peurs de l’autre ne doivent pas devenir tes contraintes : j’insiste sur le mot besoin. Le besoin, c’est une exigence, c’est quand l’autre se sert de nous pour combler quelque chose qui lui manque. L’amour de besoin (d’après Jacques Salomé), c’est quand l’autre nous dit « aime moi, aime moi », ce n’est alors plus de l’amour, c’est une demande d’être aimé. L’autre exige d’être aimé, et cela ne peut pas déboucher sur une relation saine et équilibrée. C’est ce qui s’est passé avec mon désir de partir en Allemagne, ou de partir dans une ville où je pouvais avoir un travail où je parlais allemand. Il n’a jamais accepté cette envie, car pour lui une relation à distance est impossible. Il a en effet besoin d' »affection, de bisous, de câlins », et étant en couple, je devais lui apporter, et je devais faire passer le couple en premier, peu importe mes envies, elles pouvaient bien attendre.

Quant aux peurs, j’en ai parlé précédemment : en lisant cet article, Le prince et l’hirondelle, un conte sur l’attachement dans le couple, j’ai eu la confirmation que oui, décidément, ce n’était pas l’amour qui le guidait mais bien ses peurs. Il a peur de la solitude, et il a besoin de l’autre pour l’empêcher d’être seul avec lui même  et pour lui apporter de l’affection qu’il est tout à fait incapable de s’apporter lui-même. Donc non, dans ce cas, ce n’était pas sain de renoncer à mon projet de partir. C’était obéir aux peurs de l’autre, et ce n’était surtout pas de l’amour.

Donc si l’autre remet en cause une de tes envies, un de tes projets, assure toi que c’est pour une raison saine.

     * La peur de la solitude ne doit pas être ton guide une des raisons qui m’a empêché de mettre un terme à cette relation, c’est parce que j’étais au chômage, et donc toujours seule chez moi, et ce pour une longue durée. Etre toute seule chez soi est plutôt ennuyeux, et pesant à terme, j’avais donc peur de mal le vivre à moyen terme, et j’étais bien contente d’avoir cette relation pour me sortir de ma solitude. Sauf que, cela fait deux mois que je suis célibataire, et je me suis rendue compte que, certes, la solitude me pèse parfois, mais je trouve toujours un moyen pour me sentir mieux, et cela amène ainsi à faire plein de choses.  J’ai ainsi pu me recentrer sur moi, explorer des activités, plus voir mes amis, ce que je ne faisais pas quand j’étais avec lui. Je suis plus libre, et plus heureuse.

Entre nous, je regrette un peu d’être restée dans cette relation pendant ma période de chômage. Sans elle, cette période aurait pu être plus enrichissante.

Donc oui, la solitude fait peur. Mais pour l’apprivoiser, il faut se retrouver seuler, et si on s’en donne les moyens, on peut parvenir à la surmonter, et à finalement trouver enrichissant de se retrouver seule, car cela ouvre des opportunités…

Source: Photo of a day - National Geographic
Source: Photo of a day – National Geographic

    * une personne se plaint beaucoup : ce n’est peut être pas sa vraie personnalité, elle recherche surtout de l’attention et de l’affection : mon ex était comme ça, toujours à se plaindre, à tout voir en noir, à vouloir de la compassion pour les « difficultés » qu’il vivait, et si je ne lui apportais pas la compassion et l’affection dont il avait besoin, il me le reprochait. En lisant le livre (que je vous recommande fortement) Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même de Lise Bourbeau, elle parle d’un type de blessure (l’abandon) qui amène les gens à rechercher constamment l’attention des autres, et pour cela, la personne utilise différents stratagèmes, notamment se plaindre. C’est ce que mon ex faisait. Et en lisant un tweet de lui dernièrement, je me suis rendue compte que maintenant que je n’étais plus là pour lui apporter de l’affection, il se plaint beaucoup moins, mais au contraire accepte la situation… 

Donc méfiez-vous des personnes qui se plaignent constamment et qui recherchent toujours de l’affection, c’est peut être leur moyen de défense pour éviter une blessure. Peut être aussi que cela révèle un dysfonctionnement dans le couple : l’autre ne se sent plus aimé, donc il fait tout pour attirer notre attention. Sauf que bon, dans mon cas, je ne supporte pas les personnes qui se plaignent constamment, donc cela a plus pour effet de m’éloigner qu’autre chose…

Donc avant de cataloguer la personne, analysez la situation et posez vous les bonnes questions.

    * ton partenaire ne doit en aucun cas t’insulter ou te critiquer pour justifier son point de vue : suite à certains évènements que je n’assume pas pour en parler en public (non je ne l’ai pas trompé), mon ex m’a traité de « salope ». Et je vous assure que ce mot m’a profondément blessée, et qu’il a aussi impacté notre vie sexuelle. Il a utilisé ce mot pour exprimer l’indignation et la souffrance qu’il ressentait suite à ce que j’avais fait. Or, votre partenaire ne doit pas en aucun cas vous insulter, même si cela lui fait du bien de parler ainsi, car cela le libère lui. Cela le libère peut-être, mais vous cela fait l’effet inverse : cela blesse profondément, et vous vous sentez encore moins bien face à lui. Donc il vit peut être mal une situation, mais il doit vous l’exprimer en termes corrects, et exprimer sa frustration d’une autre manière que via des insultes. Il vous doit le respect.

De même, quand je n’étais pas d’accord avec lui, ou que je lui disais que je n’aimais pas sa façon de réagir, je me prenais des critiques en retour (ex: « tu as vraiment l’esprit fermé, je te croyais plus mature que ça »). Or attaquer l’autre n’est pas du tout un bon moyen de régler une situation. Cela blesse l’autre et n’incite pas à continuer la conversation face à quelqu’un qui est absolument persuadé d’avoir raison, et qui ne veut pas vraiment écouter votre point de vue, puisque de tout façon, c’est vous qui avez tort de réagir ainsi. Votre partenaire vous doit le respect, même s’il n’est pas d’accord avec vous.

Sérieusement ?! Source: Photo of a day - National Geographic
Sérieusement ?!
Source: Photo of a day – National Geographic

    * l’amour de soi est essentiel : et pour finir, je vous renvoie à cet article où j’en parle plus longuement : J’apprends à m’aimer vraiment #1. Je me suis rendue compte qu’il était essentiel de s’aimer vraiment, pour 1. se sentir bien avec soi-même, et 2. pour attirer les bonnes personnes, celles qui nous correspondent, et qui vont nous apporter des bonnes choses. 

Cela évite aussi que l’autre se serve de nous pour combler sa solitude car il est incapable de rester seul avec lui-même, qu’il ait des exigences envers nous, et ainsi, la relation est plus équilibrée et plus saine.

Voilà pour les principales leçons que j’ai retenues de cette relation, j’espère que cela vous aura été utile ! 

Et vous, quelles leçons avez-vous appris de vos relations amoureuses? Dites le nous en commentaire !

Publicités

3 commentaires sur « Ce que ma précédente relation m’a appris »

  1. Un billet juste dans lequel tu te remets en question et tu décris très bien les situations avec le recul nécessaire qui t’ont permis d’apprendre sur toi et ce que tu attendais d’une relation.
    Je suis d’accord ne jamais laisser personne t’insulter ou te critiquer – parler, échanger plutôt, même si toutes les personnes ne sont pas ouvertes au dialogue.

    Je crois que ce que j’ai retiré de mes relations passées c’est
    – s’aimer, se valoriser et s’apporter son propre soutien, au lieu d’attendre que l’autre comble un vide (dont il n’est la plupart du temps pas responsable)
    – s’affirmer (avoir conscience de ce que nous valons, avec humilité) et ne pas laisser l’autre nous modeler à sa façon.
    – poser les limites nécessaires à notre bien être et ne pas déroger aux valeurs qui sont les nôtres sous prétexte qu’elles ne sont pas partagées par l’autre. Une relation se fait à deux, les deux doivent donc s’investir et se respecter
    – ne pas utiliser la peur de la solitude ou la peur du manque comme excuse pour rester dans une relation qui ne nous apporte plus rien
    – on ne peut pas aider quelqu’un contre son gré et/ou un passé douloureux ne justifie pas un comportement irrespectueux / violent

    J'aime

  2. Un billet juste dans lequel tu te remets en question et tu décris très bien les situations avec le recul nécessaire qui t’ont permis d’apprendre sur toi et ce que tu attendais d’une relation.
    Je suis d’accord ne jamais laisser personne t’insulter ou te critiquer – parler, échanger plutôt, même si toutes les personnes ne sont pas ouvertes au dialogue.

    Je crois que ce que j’ai retiré de mes relations passées c’est
    – s’aimer, se valoriser et s’apporter son propre soutien, au lieu d’attendre que l’autre comble un vide (dont il n’est la plupart du temps pas responsable)
    – s’affirmer (avoir conscience de ce que nous valons, avec humilité) et ne pas laisser l’autre nous modeler à sa façon.
    – poser les limites nécessaires à notre bien être et ne pas déroger aux valeurs qui sont les nôtres sous prétexte qu’elles ne sont pas partagées par l’autre. Une relation se fait à deux, les deux doivent donc s’investir et se respecter
    – ne pas utiliser la peur de la solitude ou la peur du manque comme excuse pour rester dans une relation qui ne nous apporte plus rien
    – on ne peut pas aider quelqu’un contre son gré et/ou un passé douloureux ne justifie pas un comportement irrespectueux / violent

    J'aime

Les commentaires sont fermés.