Apprendre à s’aimer (vraiment) #1

Fin juillet, rupture avec mon copain/ex. Et oui, encore une rupture, et c’est loin d’être la première… Je me rends alors compte que j’ai encore des choses à régler avec moi-même. En effet, si j’attire des personnes avec lesquelles je ne pourrai pas avoir une relation saine parce qu’elles sont dépendantes, ou évitantes, ou autre, c’est parce que j’émets des vibrations attirant ces personnes là. Je cherche à combler quelque chose, alors je recherche inconsciemment des personnes pouvant comblant mes manques.

S’aimer et se concentrer sur soi

Depuis que je m’intéresse au sujet des relations qui font souffrir, surtout avec le livre Je ne souffrirai plus par amour de Lucia Etxebarria, je me disais deux choses :

  • il faut s’aimer pour être dans une relation équilibrée, et oui ça tombe bien, oui je m’aime
  • en me renseignant sur les comportements nocifs dans les relations, je pourrai les repérer et éviter les personnes agissant de cette manière

Et je me suis rendue compte que, non ces deux points n’étaient pas suffisants. J’ai l’impression de m’aimer et de bien vivre ma solitude, mais pas tant que ça en fait, et c’est un point qui mérite d’être vraiment travaillé. Et oui, c’est bien de savoir quels comportements sont nocifs, mais en avoir connaissance ne suffit pas à les éviter. Surtout qu’en se disant « je ne veux pas ça », au final on finit par attirer ce comportement puisque notre inconscient est focalisé là dessus. Il faut d’abord savoir qu’est ce qui chez nous attire les personnes comme ça, et qu’est ce que je peux travailler en moi pour ne plus avoir ces besoins à combler. Et ça, c’est une erreur que je fais depuis plusieurs années : me concentrer sur l’autre, au lieu de me concentrer sur moi

Source : blog Exploserdamour.com
Source : blog Exploserdamour.com

S’aimer, qu’est ce que c’est?

Pour avoir des relations d’amour véritable, et pas des relations d’attachement, il faut s’aimer soi-même  : comment peut-on demander à quelqu’un de nous apporter de l’amour si on ne peut pas nous en donner à nous même ? L’attachement, c’est ce qui comble nos peurs, nos besoins. L’Amour, c’est ce qui nous rend libre, et nous fait nous sentir bien avec nous même et avec les autres.

(D’ailleurs petite parenthèse, j’ai résolu la question que je me posais par rapport à mon envie de partir en Allemagne et le fait que j’étais en couple. Mon ex refusait toute relation à distance parce qu’il ne supporte pas ça, parce qu’il a besoin « d’affection, de câlin, de bisous », de voir la personne, de discuter avec. Et en lisant cet article, Le prince et l’hirondelle, un conte sur l’attachement dans le couple, j’ai eu la confirmation que oui, décidément, ce n’était pas l’amour qui le guidait mais bien ses peurs. Il a peur de la solitude, et il a besoin de l’autre pour l’empêcher d’être seul avec lui même  et pour lui apporter de l’affection qu’il est tout à fait incapable de s’apporter lui-même. Donc non, dans ce cas, ce n’était pas sain de renoncer à mon projet de partir. C’était obéir aux peurs de l’autre, et ce n’était surtout pas de l’amour.)

Ainsi, en s’aimant et en étant soi-même, nous nous permettons d’attirer les bonnes personnes, celles qui nous aiment pour ce que l’on est vraiment, et qui nous correspondent. S’aimer, c’est mettre de la valeur sur soi, et c’est permettre à l’autre de mettre de la valeur sur nous. S’aimer, c’est se percevoir comme une opportunité, et permettre aux autres de nous percevoir comme une opportunité. S’aimer, c’est s’honorer, c’est prendre soin de soi, c’est s’accepter telles que l’on est, et accepter nos parts d’ombre et de lumière.

Armée de ces prises de conscience, j’ai posé l’intention de m’aimer vraiment et j’ai commencé les changements.

Je médite

J’ai d’abord médité avec l’aide d’un programme qui a pour but d’améliorer son estime de soi. Je l’ai fait avec l’application Headspace, qui propose un programme de 30 jours qui permet de prendre conscience que nos pensées ne sont que des pensées, qu’elles sont changeantes, et donc qu’il faut savoir les laisser passer et ne surtout pas s’accrocher à elles, car elles ont un impact sur l’estime que nous avons de nous. J’ai ainsi pris conscience de toutes ces petites phrases anodines que je me disais, mais qui avaient un impact sur moi. Bien se parler est vraiment essentiel pour avoir de l’amour pour soi.

Source : blog exploserdamour.com
Source : blog exploserdamour.com

Je fais des choses pour moi, et uniquement pour moi

J’apprends aussi à me détacher des autres, pour vraiment bien vivre ma solitude. C’est pas facile puisque comme je suis sans travail, je suis toute la journée et semaine chez moi, et là c’est sûr que je suis vraiment confrontée à moi… Donc pour cela, je fais en sorte d’avoir des activités uniquement pour moi, parce que cela me fait plaisir, et pas parce que c’est valorisant auprès des autres, et qu’ainsi j’obtiens leur « affection » et leur attention l’espace d’un instant. Je cherche à vraiment me retrouver moi, et à renouer avec moi même, avec ce que j’aime, avec ce qui me fait vibrer et qui me permet de me sentir bien.

Et depuis début août, je me sens mieux avec moi-même, j’arrive plus à me détacher des autres, et à avoir une meilleure estime de soi.

Projets pour continuer

Pour septembre, je lis le livre Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, pour mieux me comprendre et mieux comprendre mes comportements, et j’ai décidé de poster une photo par jour sur Instagram, dans le but de montrer aux autres qui je suis vraiment. J’ai en effet remarqué que j’ai tendance à me censurer avec les autres, par peur de leur jugement, parce que j’ai des valeurs différentes de l’ordre général établi (ex: être vegan) (même si je ne le suis pas complétement, mais c’est un autre sujet) ou parce que j’ai peur d’avoir des goûts « bizarres » et qui soient critiqués. J’ai pris conscience qu’il fallait que je me force à être moi-même devant les autres, parce que ce n’est pas ce que je fais habituellement… Cependant, pour Instagram, je fais bien attention à ne pas tomber dans le piège de la validation des autres. C’est à dire que la seule chose qui compte, c’est d’être contente de soi, et surtout pas que les autres valident ce que l’on a fait, nous montrent qu’ils ont apprécié ou au contraire qu’il n’y ait pas de réaction. Je fais les choses pour moi avant tout.

Et vous, que faites-vous pour vous aimer plus? 

Je vous laisse avec cette vidéo particulièrement motivante et enthousiasmante de David Laroche :

Et je remercie chaleureusement Maryline du blog Exploser d’Amour pour tous ces précieux conseils et son aide précieuse !

Source : derek-k, DeviantArt
Source : derek-k, DeviantArt
Publicités

5 commentaires sur « Apprendre à s’aimer (vraiment) #1 »

  1. Je sens que je vais beaucoup apprécier cette série d’articles. On a l’impression qu’on s’aime et puis quelque chose vient nous montrer qu’il y a encore du chemin à parcourir pour s’aimer davantage, s’aimer vraiment, comme le dis si bien le titre de ton article.
    C’est tout un processus, un chemin. Je trouve que déjà se rendre compte du mal que l’on se fait par des pensées, phrases anodines, idées préconçues sur pas mal de choses aide à redresser la barre.
    Bonne continuation Illyria – Tu t’approches doucement de plus de lumière et de bonheur.

    J'aime

    1. Merci beaucoup Marie! Je suis contente que cet article t’intéresse :) Oui le développement personnel c’est tout un long chemin pas linéaire, avec des hauts et des bas, mais on avance au final, on avance…
      Merci, bonne continuation à toi aussi et j’aime beaucoup tes derniers mots, c’est beau et touchant :)

      J'aime

  2. Je viens de découvrit ton blog et je te remercie pour tes jolis articles, ils me font du bien et je me retrouve dedans. J’espère que tu continueras à écrire.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.