Prendre le temps – Vie professionnelle

31 décembre 2015… Dernier jour de l’année, mais aussi – ET SURTOUT – dernier jour de mon contrat d’apprentissage dans ce poste inintéressant et non épanouissant. Dernier jour de l’année, pour amener une nouvelle vie où tous les possibles sont ouverts. Et oui, je n’ai plus aucun engagement, la recherche d’un emploi m’ouvre grand les bras.

Je n’avais pas encore commencé à chercher car cette année 2015 fut très intensive, je n’avais pas la motivation de me rajouter cette pression de trouver un travail, et je tenais à faire une pause après ces 2 années et demie d’études très intensives. Janvier commence, je m’accorde deux semaines de répit, avec le plaisir de ne pas penser à mon avenir professionnel.

Et heureusement que je n’ai pas commencé un nouveau travail car je n’avais clairement pas la force morale pour commencer une nouvelle vie dès janvier. Cette fin d’année avait été difficile et j’ai plutôt mal vécu le mois de décembre, il fallait que ce contrat s’arrête, je ne supportais vraiment plus mon poste – où je servais encore moins à quelque chose que précédemment.

Mais une fois ces deux semaines passées, la pression de rechercher un travail s’est à nouveau imposée. Mes objectifs étaient clairs :

  • travailler dans un cabinet d’audit ( = vérifier les comptes des entreprises pour voir s’il n’y a ni fraudes ni erreurs) pendant 2 ou 3 ans, car ce type d’expérience est très valorisée sur le marché de l’emploi et cela permet d’offrir plus d’opportunités par la suite. Chose très utile étant donné que je ne sais toujours pas ce que je veux faire.
  • partir en Allemagne ou ailleurs en France pour travailler dans un cabinet franco-allemand car j’aime l’Allemand et je veux pratique cette langue. Et comme je vais bientôt avoir 28 ans, si je veux faire une expérience à l’étranger, c’est maintenant qu’il faut que je la fasse.

Les objectifs sont clairs, bien définis, je sais très bien quoi faire et dans quelle direction chercher pour trouver. Easy, allons-y, commençons  à chercher.

Source : National Geographic - Photo of a day
Source : National Geographic – Photo of a day

Sauf que. Sauf que non en fait. Un mois est passé et je n’ai toujours aucune envie de chercher, ou je dirais plutôt de trouver.

Ces études ont été très intensives, clairement. Des études j’en ai faites, mais celles-ci étaient les plus dures. De plus, pendant 2 ans j’ai été en apprentissage. Ce travail se trouvait dans une autre ville que celle de mes études, ce qui m’a amené à être entre deux villes pendant 1 an et demi, et à vivre dans 5 appartements. Ce travail s’est trouvé aussi être inintéressant : je me suis retrouvée à accomplir des tâches que je ne voulais surtout pas faire et qui n’étaient en plus pas du tout au niveau de mon master. Ce qui était utile à l’entreprise n’était pas en adéquation avec mon niveau d’études, et ce qui l’était n’était pas utile à la société, ou disons plutôt que l’entreprise ne voyait pas d’intérêt à ce que je faisais, alors qu’elle aurait dû. Il y a eu une erreur de recrutement, ils n’avaient pas besoin d’un bac +5 pour ce poste, mais plutôt d’un bac +2.

Or voilà, j’ai dû rester et faire avec. Faire avec ce poste où je passais une grande partie de mes journées à m’ennuyer, où je n’étais pas motivée, où je n’étais pas mise en confiance, où je n’avais aucune reconnaissance envers ce que je faisais, où je ne me sentais pas utile à la société. Deux ans (ou presque) comme ça, à supporter un poste où mes compétences n’étaient pas du tout utilisées alors que de l’autre côté, je travaillais sérieusement pour mes études, et pour des choses plutôt compliquées.

Ces deux années et demie d’études, je les ai faites parce que le marché du travail demande un bac+5 pour accéder au type de poste qui m’intéresse. Un poste qui demande de l’analyse, de la réflexion et pas un poste avec majoritairement des tâches automatiques. J’avais déjà fait 6 années d’études, ces 2 années supplémentaires, je m’en serais très très bien passée. Les études c’est bien joli, mais devoir travailler le soir et le week end, c’est beaucoup moins agréable. Mais je l’ai fait et j’en suis fière et heureuse.

Cependant, le poste auquel j’aspire, ce n’est à nouveau pas moi qui veut le faire, mais le marché du travail qui me demande de le faire. Or, si je suis honnête envers moi même, je ne veux pas effectuer ce travail. C’est un métier qui demande beaucoup d’investissements, beaucoup d’heures de travail, beaucoup de déplacements, pour des tâches, qui a priori ne m’intéressent pas. Or ce n’est pas ce que je recherche. Je veux un travail qui m’offre une certaine stabilité et qui me permette de faire une activité régulière en dehors de mes horaires.

Mais si je me lance là dedans, c’est que je ne sais pas ce que je veux faire d’autre. Mais ma motivation et mon moral parlent pour moi. Je suis bien plus motivée pour préparer mon examen auquel j’ai échoué que pour rechercher un emploi. Je n’ai pas du tout envie de quitter mon appartement et la ville dans laquelle je suis actuellement, je n’ai pas du tout la motivation et la force de quitter mon environnement pour en découvrir un autre, pour tout recommencer, encore une fois. Clairement, pour le moment, si je m’écoute, je n’ai pas envie de ça.

panda-tree-china_89334_990x742

J’ai envie de pouvoir enfin prendre le temps de vivre et de me consacrer à des choses que j’aime, j’ai envie de pouvoir prendre le temps.

Et de plus, si je pars à l’étranger, je ne vais pas être proche de mon copain, ce qui va m’amener à vivre une relation à distance, à passer du temps dans les transports, à être entre deux villes, et clairement je n’ai pas envie de ça à nouveau. Je sais que ce n’est pas un bon argument de limiter ses envies selon l’autre, mais une relation à distance, ce n’est pas du tout quelque chose à quoi j’aspire. Et ça me donne encore moins envie de partir.

Je culpabilise parce que, oui je suis au chômage et je ne travaille pas, mais actuellement je n’ai pas la force de me lancer dans un nouveau projet qui va me demander beaucoup d’énergie. Je crois que le mieux c’est de m’accorder du temps, du temps pour me ressourcer, pour redéfinir vraiment bien mes envies et réfléchir à ce que je veux, et pas ce que le marché du travail veut.

Je crois que parfois il faut s’accorder le droit de prendre du recul pour mieux repartir ensuite, pour mieux le vivre à l’avenir et pour plus savoir vers où on va.

Publicités

7 commentaires sur « Prendre le temps – Vie professionnelle »

  1. Il y a toujours un mauvais moment à passer entre la fin des études et le monde du travail. Trouver un emploi ne t’y enchaine pas à vie. Mais en effet il faut peut-être te laisser un peu de temps pour retrouver tes marques.
    Pour l’étranger, ne réfléchis pas trop, à mon avis, si une opportunité se présente. Une relation à distance n’a pas plus de chance de ne pas fonctionner qu’une autre. On se voit moins, c’est un peu plus compliqué. Mais comme le dit Paulo Coelho dans l’Alchimiste, aucun amour ne doit détourner quelqu’un de ses rêves!

    J'aime

  2. Décidément, je me retrouve beaucoup dans tes articles, dans ta vision des choses. (cf, mon commentaire sur « Perdue. »)
    Je suis un peu comme toi, j’ai fait des études qui m’ont demandées énormément d’investissement (prépa + grande école), et ai été embauchée avant même la fin.
    J’ai accepté ce CDI car il était susceptible de m’ouvrir les portes du poste que je voulais occuper, que « tout le monde fait comme ça », qu’il « faut faire des sacrifices » etc blabla …
    Un job où l’on demande un Bac + 5, mais ou les tâches ne dépassent guère les compétences d’un Bac + 2. Comment veulent-ils que l’ont soit heureux et performants si l’on fait à longueur de journées des tâches inintéressantes et rébarbatives?
    J’ai démissionnée, of course !
    Attendre des années pour avoir mieux, c’est déjà trop ! La vie est courte, il faut aimer ce que l’on fait, se sentir utile, créer du sens.
    Un conseil : ne cède pas à la pression de la société « c’est comme ça, tous les jeunes diplômés passent par là etc.. » Ceux qui le veulent le peuvent. Si tu en es convaincue, rien ne pourra t’en éloigner :)
    PS : désolée pour le pavé, mais ton post m’a vraiment inspiré.
    Louli

    J'aime

    1. Merci pour ton long commentaire! Il me fait réfléchir aussi… Je veux en effet un travail où l’on se sent utile et où on crée du sens,or je ne suis pas sûre que cela sera le cas avec le poste que je vise… C’est pas facile de trouver un travail qui remplit ces conditions…
      Merci pour tes encouragements :) Tu as retrouvé un poste qui te plaît après?

      J'aime

      1. Hello :)
        Ça fait 2 mois que j’ai quitté ce poste. Et du coup, je veux vraiment en profiter pour prendre une pause et définir mes priorités. Ne pas retomber la tête la première dans le premier job que l’on me propose etc.. Je n’ai pas encore trouvé, mais je ne suis pas 100% à fond dans les recherches, j’en profite aussi pour me recentrer, mieux définir mes objectifs etc..
        Le plus important je pense est de rester convaincue et motivée :)

        Aimé par 1 personne

      2. Oui comme moi effectivement :) Tu as bien raison de prendre le temps aussi, ça te permettra de faire un meilleur choix de travail après! Oui il faut rester convaincue et motivée, ça va bien se passer!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s