Fuck 2015… ou presque

(Oh là là il y a un mot pas joli dans le titre…)

2015,

Dès le début, je savais que tu n’allais pas être une année que j’allais aimer. Déjà, dès début 2015, je le disais « je veux déjà être à fin 2015. » Et effectivement, tout n’a pas très très bien commencé entre nous. Je suis retournée dans mon entreprise chérie adorée, c’est à dire que je devais quitter la ville de mes études où je venais de passer 4 mois, à habiter chez mon mec. J’ai retrouvé ce travail pas épanouissant qui ne m’intéresse pas, et nous avons commencé une relation plus ou moins à distance puisque l’on ne pouvait se voir que le week end. Cela s’est assez vite mal passé puisque ce n’est pas du tout une personne portée sur les contacts à distance. J’ai donc très vite ressenti un sentiment de solitude dans mon couple, et je l’ai mal vécu. Je savais que c’était sa personnalité et que cela ne remettait rien en cause, mais ce n’était pas un type de relation qui me convenait.

Nous avons donc rompu 2 mois plus tard. Oui 2015, tu commençais bien, même si certes tu me libérais d’une relation qui n’était pas ma place, ce n’était pas vraiment la joie… Mais j’ai réussi à retrouver assez rapidement un équilibre, comme j’étais dans la ville de mon entreprise, et que je faisais des activités qui me plaisaient et m’épanouissaient. Mais un mois plus tard, ce rythme devait s’arrêter.

73872_1600x1200-wallpaper-cb1385562528-1

En effet, retour en cours, pour 3 mois. Retour donc ENCORE dans la ville de mes études, retour dans un nouvel appartement (le 5e en moins de 2 ans, mais tout va bien), et surtout retour dans sa ville à lui. On ne s’est jamais vu, mais je ressentais bien plus sa présence dans cette ville que dans la ville de mon entreprise, où il n’était jamais venu. Mon semestre de cours s’est plutôt mal passé : fort sentiment de solitude, j’ai eu du mal à trouver ma place, je n’avais plus la motivation pour passer mon temps à travailler, et j’en avais marre d’être dans un appartement qui n’était pas mon CHEZ MOI. Donc semestre plutôt peu épanouissant…

Fin juin, je retourne dans la ville de mon entreprise. Ô joie, je retrouve mon entreprise qui m’avait tellement manqué ! Pas heureuse de retrouver mon poste où je m’ennuie, mais par contre très heureuse de retrouver MON appartement et surtout de retrouver la ville de mon entreprise, où j’ai des amitiés et des activités plus épanouissantes. Mais cela n’a pas suffit à me faire sentir bien. Je voulais en effet passer un examen fin octobre qui demandait vraiment beaucoup de travail : donc toujours beaucoup de pression, toujours toujours. Et de culpabilité parce que je ne travaillais pas assez. Je ne voyais pas beaucoup de monde, donc la solitude a fini par me peser, ainsi que ce travail où je ne servais pas à grand chose.

Début septembre, arrêt maladie pour prendre du recul. Ca m’a fait du bien, mais ça n’a pas changé grand chose à la situation. J’ai commencé la danse et le chant, ce qui m’a fait beaucoup de bien. Mais je ne recherchais pas spécialement à remplir ma vie, parce que je devais travailler, et aussi parce que de toute façon 2016 sera l’année de nouveaux projets, et donc l’année de départ de la ville de mon entreprise… Donc sensation de vie au ralenti, de ne pas pouvoir avancer, d’être quasiment uniquement concentrée sur mon travail, et puis voilà. L’examen est passé fin octobre, et a apporté une nouvelle période : MON MEMOIRE.

Un énorme travail qui demandait beaucoup de temps, et qui a rendu mon mois de novembre vraiment très intensif. Profiter de la vie? Ah oui non, très peu pour moi merci. Je ne passais pas TOUTE ma vie à travailler, mais je n’avais que peu de liberté. Donc jusqu’à là, une année vraiment peu épanouissante, et qui devait l’être ainsi jusqu’à fin décembre.

Source: National Geographic - Photo of a day - Un lama parce qu'il est marrant et qu'il me fait sourire...
Source: National Geographic – Photo of a day – Un lama parce qu’il est marrant et qu’il me fait sourire…

Mais la vie réserve parfois des surprises. J’ai ainsi pris le temps d’aller à une rencontre où des membres d’un forum se rendaient (même si ce n’était PAS sérieux, mais fuck, la vie sociale c’est important aussi et ça fait vraiment beaucoup de bien), et j’ai passé l’après midi avec un membre de ce forum, auquel j’avais peu parlé avant…

Et puis en fait, on s’est rendu compte qu’on avait passé un bon après midi, on a gardé contact et on s’est parlé de plus en plus… Et on s’est rapproché de plus en plus… Et puis paf l’amour qui te tombe comme ça dessus sans prévenir, surtout que ce n’était vraiment pas du tout dans mes projets, moi qui veux partir l’année prochaine. Mais les sentiments ça ne se calcule pas ;)

Donc dans toute cette année peu épanouissante, une rencontre a illuminé cette fin d’année, et m’a apporté beaucoup de joie… Et j’ai hâte maintenant de voir ce que 2016 me réserve, et cette fois, promis je ne dirai pas « 2016, je n’étais pas pressée de te voir, et je souhaite que tu sois déjà finie » ;)

Je ne sais pas du tout ce que 2016 me réserve puisque je dois rechercher un nouveau travail, que je veux aller dans une nouvelle ville où je pourrai parler Allemand, et que cette fois je ne suis pas seule… J’ai hâte de voir ce qui m’attend, en espérant que cette fois cela sera épanouissant et intéressant!

PS: JE VAIS ENFIN ARRETER DE VOUS PARLER DE MES ETUDES ET DE MON ENTREPRISE, CA SE FETE NON? :D

PPS: Et comme quoi, avec de la motivation et de la détermination, on finit par arriver au bout de ses projets… « Détermination discipline travail » ;) 2015, une année pas intéressante, mais au moins je suis fière d’avoir atteint mes objectifs et d’avoir réussi à me battre malgré tout.

Publicités

4 commentaires sur « Fuck 2015… ou presque »

  1. Une année qui s’achève sur une note positive Illyria. Je suis heureuse pour toi. Je suis sûre que 2016 te réserve de bonnes et douces surprises. Laisse toi porter par le flot de cette nouvelle année.
    Grosses bises

    J'aime

Les commentaires sont fermés.