Ce qui m’a aidé après ma rupture

Bonjour :D Alors voici un article plus d’actualité puisque cela fait depuis quelques mois que je me suis remise de ma rupture – qui date de fin février, rappelons nous -, mais j’ai toujours eu envie de l’écrire, et il traîne dans mes brouillons depuis, donc voilà… Surtout qu’actuellement, je me suis bien remise de cette rupture, et bien plus encore ;) #teaser #suspense

Incredi - DeviantArt
Incredi – DeviantArt

Même si j’ai facilement accepté l’idée de la séparation avec mon ex, puisque je savais que ce n’était pas quelqu’un qui me convenait, que je ne pouvais pas être heureuse avec lui et donc que la séparation était la meilleure chose, il m’a fallu un certain temps pour être vraiment sereine après cette rupture. Une séparation reste une perte, un changement et une nouvelle vie. Pour que cette transition se soit passée le mieux possible, j’ai fait plusieurs choses :

Je me vide l’esprit pour m’empêcher de me poser des questions qui n’apportent rien (Qu’a t’il vraiment ressenti? A t’il vraiment été honnête avec moi? Mais pourquoi donc a t’il été attiré par moi, qui suis si différente de lui?, bref toutes ces questions stériles qui n’apportent rien, à part de la douleur et du négatif) Pour cela, je suis allée à mes cours de danse, qui me permettaient de m’évader et de me sentir bien. J’ai aussi acheté un puzzle de 1000 pièces, et c’est vraiment une des choses qui m’a fait le plus de bien. Je me concentrais sur ce que je faisais, il n’y avait pas de place dans mon esprit pour une réflexion autre que « mais où va donc cette pièce? » Et vraiment, ça m’a été très utile, ça me calmait et mes pensées étaient moins négatives. De plus, voir avancer concrètement quelque chose, voir ce qu’on a réalisé, cela rend fière, et donc cela apporte du positif.

Je m’écoute : Après notre rupture, j’ai eu envie de prendre l’air, de m’évader, d’aller ailleurs. Mais comme j’ai pas d’amis pour faire ça, j’ai commencé à réfléchir à partir en week end organisé sur le net, avec des inconnus. Mais je me suis demandée si j’avais vraiment envie de faire ça, et la réponse a été: non. Non, j’avais envie de rester tranquille et de me concentrer sur moi, de prendre du temps pour moi. Je n’avais pas envie d’utiliser mon énergie pour rencontrer de nouvelles personnes.

Je m’évade : j’ai ressenti une forte envie de m’évader, de me changer les idées, donc pour cela je me suis mise à lire. Et ça m’a fait du bien. Surtout que j’ai eu moins le temps de lire en étant en couple, donc là j’étais heureuse d’avoir enfin le temps de lire.

Je vois mes amis, j’accepte les sorties et les rencontres et je me rends utile : Je me suis aussi tournée vers les autres, j’ai passé du temps avec mes amis et ma famille, et cela m’a fait du bien. J’ai aussi tenté une nouvelle expérience. J’avais reçu un mail nous informant qu’une association de ma ville recherchait des personnes pour servir un repas à des personnes en situation de précarité, dans le besoin. Je me suis proposée, je les ai aidés plusieurs soirées, et ça m’a vraiment fait du bien aussi. Ça a été une expérience qui m’a beaucoup apportée : aller à la rencontre de personnes qui sont exclues de la société (des personnes dans la rue, ou des immigrés par exemple), avec lesquelles on n’a habituellement jamais l’occasion de parler, d’échanger, cela ouvre les yeux, et vraiment cela enrichit. Et comme j’aime bien le contact avec les gens, cela me rendait heureuse de faire cela, surtout que l’on voit que l’on est utile. Cela m’a d’ailleurs donné envie de recommencer (ces repas ont lieu de décembre à mars), mais actuellement je me concentre sur moi parce que j’ai besoin de me reposer après cette longue période intensive de travail, donc ça sera pour janvier !

Je me tourne vers l’avenir : J’ai commence à réfléchir à mes vacances de juillet-août. J’ai lu le livre Wild, et cela m’a donné envie de partir moi aussi en randonnée. (nb: je posterai la suite de cet article un jour) Mais comme je n’avais personne pour partir dans un projet comme ça, je me suis tournée vers un site Internet, où j’ai contacté une fille qui avait manifesté la même envie de randonnée itinérante. Je l’ai contactée, et puis ensuite here we go ! Et ça m’a fait du bien de construire ce projet, j’étais heureuse de savoir que j’allais pouvoir faire quelque chose de mes vacances, et que cela allait particulièrement me plaire. J’ai aussi réfléchi un peu à mon projet professionnel. Une entreprise au Luxembourg organisait deux journées de recrutement, et comme je souhaite partir à l’étranger l’année prochaine, j’ai sauté sur l’occasion. J’ai été sélectionnée, donc si j’y suis allée, mais je n’ai pas été prise. Mais me poser des questions sur mon avenir m’a été utile.

Je parle, je dis ce que je ressens : Je me suis tournée vers des amis pour m’exprimer, j’ai écrit, bref je n’ai pas gardé pour moi ce que je ressentais. Je lui ai fait aussi part d’un point qui me pesait et qui m’avait pesé pendant toute notre relation, je suis contente de lui avoir dit, même si évidemment il n’a pas réagi. Mais je me suis exprimée, et ça m’a fait du bien.

Incredi - DeviantArt
Afternoon Tales, Incredi – DeviantArt

Je travaille sur moi : Un point qui m’a particulièrement posé problème dans mon couple avec lui, c’était la sociabilité. C’est quelqu’un de très sociable, qui sympathise facilement, qui est ami avec des personnes très à l’aise et très sociables et qui voit très très souvent des gens. Ce qui n’est pas du tout mon cas. Moi je préfère la solitude, j’ai du mal à sympathiser avec les gens, je suis discrète et faire rire n’est pas ma spécialité. C’est une différence qui m’a énormément posé problème, et que j’ai mal vécue. Même si j’acceptais qui j’étais, avec lui je le vivais mal – surtout qu’il n’a jamais rien fait pour me rassurer. Cf la fois où je lui ai dit et qu’il a haussé les épaules en me disant « C’est comme ça de toute façon ». Donc bref, cela m’a beaucoup posé problème, et j’ai voulu travailler sur moi pour me sentir mieux et pour mieux m’accepter. Comme j’avais déjà très bien conscience de ce problème depuis plusieurs années déjà mais que je n’avais jamais réussi à passer outre, que j’avais conscience que simplement en parler avec un psy n’allait pas m’aider à briser cette barrière psychologique, je me suis tournée vers autre chose. Je me suis tournée vers l’hypnose, histoire d’envoyer directement des messages à mon inconscient « Mais si tu es intéressante et tu vaux le coup que l’on s’intéresse à toi, même si tu n’es pas une personne ultra sociable. » Avec le recul, je pense que cette séance m’a aidé. Je ne suis plus dans le même état d’esprit qu’au début de cette année, et je m’accepte bien maintenant.

J’organise ma vie : Quand on se retrouve seule, il n’y a plus que nous pour remplir notre vie. Je veux dire, oui il y a nos amis, mais il n’y a plus de personne très proche qui a souvent des activités à proposer. C’était particulièrement le cas avec lui qui voyait ses amis souvent et faisait des activités avec eux. Donc quand je me suis retrouvée seule, j’avais beaucoup moins de sollicitations, puisque je ne vois pas mes amis souvent. J’étais donc la seule à gérer ma vie maintenant, je n’avais plus personne pour me proposer régulièrement des activités, donc je me suis prouvée que je pouvais très bien remplir ma vie toute seule. J’ai commencé un « bullet journal« , un agenda très personnalisé dans lequel on marque tout ce que l’on a à faire, et cela m’a fait beaucoup de bien de voir que je pouvais remplir ma vie moi aussi même si je n’avais plus personne pour me proposer régulièrement des choses à faire.

Je me laisse du temps : Et puis je me suis laissée du temps. Il n’y avait pas d’urgence, j’ai laissé au temps le temps de faire les choses. Et ça a été plus long que ce que je pensais. Quand on s’est séparé, j’étais dans la ville de mon entreprise, donc pas là où il était puisque j’étais dans la ville de mes études quand j’étais avec lui. Et ça allait assez bien puisque j’étais loin de lui et que je n’avais absolument aucun risque de le croiser. Mais un mois plus tard, je suis retournée dans la ville de mes études, et là ça a été différent. Puisque mon école n’est pas loin de chez lui, je sentais bien plus sa présence, et je l’ai un peu moins bien vécu. De plus, on s’était quitté en très très bons termes, tous les deux en pleurs bla bla, donc je pensais qu’on allait pouvoir garder un peu contact. Mais en fait pas du tout, il m’a zappée très rapidement et n’a pas du tout manifesté l’envie de continuer à me parler. Et ça je l’ai mal vécu. Parce que c’était clair entre nous qu’il n’y avait plus aucune ambiguïté, donc j’ai eu un peu de mal à l’accepter. De plus, je ne sais pas du tout à quel point il a été honnête dans notre rupture, donc tout ce négatif là, il m’a fallu du temps pour l’accepter. Il m’a fallu du temps pour ne plus être amère. Donc il faut savoir laisser au temps le temps d’agir pour se sentir vraiment bien et sereine face à ce qui s’est passé.

How it begins, Incredi - DeviantArt
How it begins, Incredi – DeviantArt

***

Aujourd’hui, avec le recul, je peux dire que c’est une histoire qui m’a beaucoup apportée dans la connaissance de moi et dans la connaissance d’une relation. J’ai appris ce qui était important pour moi, ce à quoi je ne voulais plus renoncer. J’ai mieux appris à savoir qui j’étais vraiment. Et j’ai appris ce qu’il me fallait dans une relation pour être heureuse. J’ai appris que le fait que son partenaire ne montre aucune emprise, le fait qu’il nous laisse être nous-même, n’était pas suffisant à nous rendre heureux dans un couple. Oui la dépendance affective était moins présente dans ce couple, mais ce n’était pas pour autant une relation qui me convenait. J’ai appris à mieux définir ce qui était important dans un couple pour moi, et je me sens bien plus armée pour ma nouvelle relation. Cf cet article de Diglee :)

PS: Je retrouve enfin l’envie d’écrire, et devinez quoi? Ça me fait vraiment plaisir <3

J’ai échoué.

Source: National Geographic - Photo of a day
Source: National Geographic – Photo of a day

Je vous avais parlé de mon fameux examen dans cet article là, Abandonner ou pas?. Et puis finalement… les résultats sont tombés aujourd’hui. J’avais tellement pas envie de savoir les résultats que j’avais complètement oublié que c’était aujourd’hui… Donc j’ai passé 2 matières, et je n’ai validé aucune des deux. J’ai échoué, pour la première fois de toutes mes études (et pourtant j’en ai fait des longues études), j’ai échoué. Mais comme je n’ai pas l’intention d’abandonner là, et parce que je sais que j’ai les capacités pour l’avoir ce foutu examen, j’ai bien l’intention de le repasser l’année prochaine, en 2016, et de l’obtenir cette fois.

Mais en attendant, je voulais faire un retour sur cet échec. Ça fait depuis 2 ans et demi maintenant que cet examen était mon objectif, j’ai fait une spécialité nous préparant à le passer, spécialité qui nous a demandé des heures (et même des mois) de cours en plus. Pour moi c’était clair, ce truc j’avais les moyens et les capacités de l’obtenir. Et puis finalement, la dernière ligne droite s’est avérée être plus compliquée que prévu. En juillet je suis retournée dans mon entreprise chérie adorée, je venais de passer un semestre intensif, j’en avais marre de travailler, et je n’ai pas trouvé la motivation de passer ma vie à travailler. Surtout que cet examen demandait BEAUCOUP de travail, et comme je travaillais déjà la journée dans mon entreprise, il aurait fallu que je travaille vraiment beaucoup.

Et il aurait fallu que je fasse ça pendant 3-4 mois. Or pour moi, c’était hors de question. Surtout que mon apprentissage se passait mal, comme déjà dit plein de fois, ce n’était pas un poste épanouissant ni intéressant, donc j’avais encore moins la motivation pour passer ma vie à travailler en dehors de ça. Et j’ai pris petit à petit conscience que non je n’allais pas pouvoir l’avoir cet examen, que je n’allais pas pouvoir travailler suffisamment, et qu’EN PLUS, ça allait être à cause de cet apprentissage de merde, qui me faisait perdre du temps, parce que mes journées n’étaient pas ultra remplies, LOIN DE LA.

Source: National Geographic - Photo of a day
Source: National Geographic – Photo of a day

La prise de conscience s’est faite, l’acceptation aussi, mais ça n’a pas été sans heurts ni remous. Beaucoup de colère, de rage, d’énervement, beaucoup de sentiments négatifs. Une semaine d’arrêt maladie, une occasion de travailler, mais en fait non, échec total. Trop énervée face à cette situation d’impuissance. J’ai relâché la pression, je me suis accordée une semaine de répit. J’ai pris du recul, retrouvé de l’énergie.

Mais je n’ai pas pu me remettre à travailler. Enfin j’ai travaillé, mais pas plus qu’avant. Mais j’étais plus sereine. Quand le stress était trop fort, ou que mon état d’esprit était trop négatif, j’ai médité. Ça m’a apaisé, ça m’a apporté beaucoup de bien. Et puis finalement je me suis présentée à l’examen en étant sereine. J’avais fait ce que je pouvais, et wait and see.

Et j’ai échoué, mais je n’ai aucun regret. J’ai fait ce que j’ai pu, et je ne regrette pas de ne pas avoir passé ma vie à travailler. Il faudra que je retravaille en 2016, en dehors de mon job, mais le contexte sera différent. Même si j’ai un peu de mal à accepter le fait que 2016 sera ENCORE une année chargée de travail, j’accepte le fait d’avoir échoué cette année.

Parce que parfois, il faut savoir penser à soi avant tout, penser à son bien être, et éviter de faire des choses qui vous font sentir mal. Donc j’ai échoué, mais je vais continuer à me battre, et je l’aurai ce fucking diplôme. Parce que j’en ai les capacités et que je le mérite.

Source: National Geographic - Photo of a day
Source: National Geographic – Photo of a day

Welcome back here !

Bonjour, ça faisait longtemps que je n’avais pas posté ici!

Et ça fait depuis un certain temps que je ne lis plus vraiment de blogs non plus, donc voici des nouvelles :)

23_by_naked_in_the_rain-d8qjy6i
Source: Naked in the Rain – DevianatArt

J’ai rendu mon mémoire de fin de master mercredi, donc je commence à refaire surface ! Cette année j’ai donc eu mes 3 mois de cours d’avril à juin qui ont été assez durs parce que j’en avais vraiment vraiment marre et parce que beaucoup de travail… Donc pas beaucoup de temps ni de tranquillité d’esprit… Et  puis une fois les cours finis, retour en entreprise, mais toujours pas de tranquillité d’esprit, car j’avais mon mémoire à faire et de plus, comme j’en avais parlé, je voulais passer un examen fin octobre histoire d’obtenir un double diplôme parce que-c’est-la-classe-sur-le-CV, et comme je travaillais la semaine, je n’avais pas beaucoup de temps pour étudier, or cet examen demandait vraiment beaucoup de travail… Donc je ne cherchais pas spécialement à remplir ma vie, je prenais les opportunités que l’on me donnait, mais je n’étais pas en recherche d’activités, de sorties, de rencontres… Et j’ai délaissé mon blog parce que je n’avais ni la motivation ni l’envie de prendre du temps d’écrire des articles qui n’étaient que peu lus…

J’ai passé cet examen d’ailleurs, j’ai fait ce que j’ai pu, je n’ai pas encore les résultats, mais même si j’échoue, je le vivrai bien parce que j’ai fait ce que j’ai pu. Je n’avais vraiment pas du tout la motivation pour passer ma vie à travailler, et je ne regrette pas de ne pas m’être épuisée au travail. Je l’ai abordé de manière sereine, donc wait and see…

Et ensuite une fois cet examen fini, here we go, pas de pause, c’est parti pour rédiger le mémoire qu’il faut rendre dans un mois! Et on peut dire que cela a été vraiment vraiment tendu… Enormément de travail à faire, donc énorme pression et focus uniquement là dessus. Je n’ai pas totalement sacrifié ma vie sociale, j’ai continué mes cours de chant et de danse, même si j’en ai loupé quelques fois, mais il faut savoir ce que l’on veut dans la vie… Donc un mois de novembre vraiment très tendu où je sentais ma vie m’échapper, où je me suis de plus en plus éloignée des blogs parce que je n’avais pas vraiment de temps à consacrer à ma vie et donc où je n’avais pas spécialement envie de lire la vie des autres…

10_by_naked_in_the_rain-d8v80r5
Source: Naked in the Rain – DevianatArt

Mais maintenant c’est fini! Je n’ai plus cette pression des études (il va falloir que je cherche du travail maintenant, mais c’est une autre histoire :p), et je sens que je peux reprendre possession de ma vie, recommencer à vivre tout simplement, et ça, ça fait vraiment plaisir… Donc je retrouve l’envie d’écrire sur mon blog, pour le plaisir de partager avant tout! Et si mes articles sont lus, tant mieux, s’ils ne le sont pas, tant pis, ce qui compte avant tout, c’est le plaisir d’écrire et le plaisir de partager. Et puis mettre des mots sur sa vie, traduire ce que l’on ressent, je trouve que cela apporte beaucoup, cela permet de voir ce que l’on pensait avant, de voir comment on a évolué, bref un blog c’est vraiment bien en fait…

Voilà, je remercie celles qui sont toujours là et je vous remercie de m’avoir lue :*

PS: ça bouge niveau sentimental, restez connectées comme on dit…

PSS: il neige sur mon blog, merci WordPress de lui permettre d’avoir la classe :p