Et chante maintenant !

Depuis septembre, j’ai commencé à prendre des cours de chant, et je voulais partager mon expérience avec vous :) Il faut savoir que je chante très rarement, je le fais seulement quand j’écoute des musiques qui s’y prêtent, toujours en étant accompagnée par un fond musical et la voix du chanteur, je déteste chanter « a capella » car j’ai vraiment l’impression de chanter faux, de chanter n’importe comment. Je n’ai pas du tout confiance en ma façon de chanter. Donc autant dire que chanter seule, ce n’est vraiment pas quelque chose qui m’attirait, et ce n’était pas une activité que j’avais envie de pratiquer. Et puis, il se trouve que mon ex est un prof de musique, passionné par le chant, et qu’il m’a fait prendre conscience que chanter pourrait m’aider à mieux gérer mon souffle, à parler plus fort, à être plus à l’aise et à plus m’affirmer en public. Des points que j’ai vraiment besoin d’améliorer, donc je me suis dit « pourquoi pas, autant essayer. »

Pour être sûre de tomber sur une bonne formation, je me suis tournée vers le conservatoire de ma ville. J’ai rencontré les professeurs lors de la journée de pré-inscription, et on m’a conseillé de m’inscrire en cours d’improvisation chorale. Je ne sais pas exactement ce que c’est, mais on y chante, et le professeur m’a conseillé ce cours, donc ok c’est parti ! (Et ça, mon ex ne le sait pas que je me suis mise au chant, ça lui ferait .bien. .trop.  plaisir de savoir qu’il m’a influencée)(parenthèse fermée)

jellyfish1

Le premier cours a eu lieu il y a quatre semaines. Je suis d’abord allée en cours de formation musicale, matière qui est obligatoire. On travaille sur la théorie pour découvrir comment la musique fonctionne, les différentes notes, les rythmes, et plein d’autres choses, ce n’est que le début pour le moment. Et puis après, c’est parti pour mon tout premier cours de chant depuis le collège ! Je pensais que le cours avait lieu à 20h, mais en fait pas du tout, exceptionnellement il avait commencé plus tôt, et je n’avais pas été au courant de cette info.

Donc je débarque dans un groupe qui chante déjà depuis environ 1h… Mode challenge activé. Et je découvre petit à petit en quoi consiste le cours d' »improvisation chorale » : tous les niveaux sont mélangés, il y a des débutants mais aussi des gens qui chantent depuis plusieurs années. On fait des courtes improvisations chacun notre tour, que les autres reprennent ensuite. On chante des musiques courtes, tous ensemble, puis en canon, à 2, 4, 6 voix ou plus… Donc pour résumer : on chante tous en groupe. Moi qui déteste chanter devant les autres, cela fixe déjà le niveau de challenge assez haut. Mais histoire de renforcer le défi, je suis la seule débutante dans mon groupe. La seule débutante. La seule qui galère à chanter la bonne note, à la bonne hauteur…

Donc le premier jour, on chantait tous ensemble. J’ai essayé de chanter avec les autres, j’avais du mal à me laisser aller, mais je n’étais pas là pour faire de la figuration, donc c’est parti. A la fin, le prof m’a bien confirmé que ce cours était pour tous niveaux, et que j’avais bien progressé pendant l’heure, qu’il ne se faisait pas de souci pour moi. J’avais beaucoup aimé cette séance là, cela fait du bien de tester une nouvelle activité, et surtout d’utiliser une autre fonctionnalité de notre corps que l’on n’a pas l’habitude d’entraîner. J’ai fait pas mal de danse, donc je suis habituée à utiliser mon corps, mais pas ma voix. Et c’est aussi cela qui m’intéresse.

Depuis j’y suis retournée 3 fois, et comme je suis la seule débutante, l’attention se porte forcément sur moi, dans le but de m’aider à progresser. Lors de la séance de cette semaine, le prof m’a demandé de chanter une note toute seule devant les autres, pour qu’ils la reprennent ensuite, dans le but de me montrer que je peux chanter juste. Pour moi qui déteste être au centre de l’attention, qui n’ai pas du tout confiance en mon chant, c’est vraiment très très loin d’être évident de faire une telle activité. Je prends des risques, j’accepte de m’exposer, et j’aime ça. Je suis fière d’oser, même si j’ai la pression comme tous les autres chantent bien, alors que moi je galère. Et j’aime cette activité, cela me fait du bien.

De plus, le professeur m’encourage et cherche à m’aider : il m’a conseillé d’acheter un clavier pour m’aider avec les notes, et va prendre un peu de son temps pour m’expliquer comment il marche. Les autres du groupe aussi font preuve de bienveillance. Je ne me sens pas jugée négativement dans ce groupe. J’espère cependant vite progresser car je ne veux pas être un frein…

Donc pour résumer : je suis ravie de découvrir le chant, qui est loin d’être une simple activité de divertissement pour moi, loin de là…

461179

******

Et sinon, sur une note moins positive, pour donner des nouvelles suite à mon dernier article : après ma semaine d’arrêt, j’avais dans l’idée de publier un article qui avait pour titre « Laisse moi prendre du recul pour mieux reprendre de l’élan » (Parole d’un son de Kery James) Et puis en fait, j’ai été motivée quelques jours après être revenue au travail, et depuis je n’arrive plus à trouver la motivation de travailler. Je n’ai aucune motivation pour travailler ce foutu examen, donc je ne vais pas obtenir ce diplôme. Voilà c’est tout. Je ne l’assume pas du tout IRL, je n’en suis vraiment pas fière, mais c’est la vérité. Et au travail, ma tutrice entreprise et ma tutrice de mes études ont discuté, ça a mis les choses au clair, on a mis en évidence un défaut évident de communication entre nous. Mais cela n’a pas changé les choses. Je suis à un poste qui ne correspond pas du tout à mon niveau de qualification : il y a certes des choses intéressantes à mettre en place, mais je n’ai ni les compétences ni l’expérience professionnelle pour les mettre en place. Ce n’est pas un manque de confiance en moi, passer de la théorie d’un exercice sur une feuille de papier à un truc à mettre en place dans une entreprise, c’est totalement différent. Donc je travaille soit sur des choses ennuyeuses soit sur des choses en étant absolument pas sûre de ce que je fais, en ayant aucune confiance sur ce que j’avance, car personne ne peut vraiment m’aider. Et sinon, ben je passe le reste de ma journée à m’ennuyer. Je n’ai pas suffisamment de quoi m’occuper.

Donc en fait la vérité est : je vais louper mon examen parce que mes journées sont remplies de vide. Si je n’avais pas eu à travailler la journée, je sais que je l’aurais préparé convenablement cet examen. Mais là, ce poste me bouffe mon énergie. C’est vraiment très très très très très frustrant de se lever le matin, en étant de bonne humeur et pleine d’énergie pour aller dépenser cette énergie dans un poste qui ne nous apporte que très peu de choses, alors que l’on pourrait faire autre chose qui nous serait vraiment utile. Mon alternance n’est pas une excuse parce que cela aurait pu se passer autrement. Mais je n’y arrive pas, je n’ai pas la motivation. Voilà, c’est tout. Il me reste moins de 3 mois à faire à ce poste, donc j’attends patiemment que le temps passe, que les jours défilent, pour que je puisse enfin être satisfaite de mes journées.

heron-river-japan_92074_990x742