Une semaine de randonnée #1 [Le Chemin de Stevenson]

Tout a commencé par la lecture du livre Wild (livre dont je vous recommande la lecture pour vous évader, sauf si vous ne voulez pas prendre le risque d’avoir envie de partir en randonnée…), que j’ai lu après ma rupture. L’auteur raconte sa randonnée de 3 mois sur le Pacific Crest Trail, un très long chemin qui longe la côte ouest des Etats Unis. Elle parle de ce que cela lui a apporté, on ressent beaucoup de choses, et cela nous donne à nous aussi envie de prendre le large.

Mais partir seule? Non, pas pour une première randonnée. J’ai alors consulté le forum de Madmoizelle, où une autre membre voulait faire une randonnée aussi. Nous avons pris contact, et nous sommes décidées pour… le chemin de Stevenson, une randonnée qui part du Puy-en-Velay, en Auvergne dans le Massif Central, et qui arrive à Alès, dans le Languedoc-Roussillon. Stevenson est l’auteur de notamment L’ïle au Trésor. Il a parcouru cet itinéraire en 1878 – à une époque où marcher pour le plaisir vous faisait passer plutôt pour un fou. Peu après, il a publié un livre, Voyage avec un âne dans les Cévennes, et ce chemin est devenu célèbre grâce à lui.

Nous avons convenu des dates, et préparé nos affaires. Et cela demande de réfléchir car nous allions dormir en camping quand c’était possible, et porter nos sacs toute la journée sur le dos. Il fallait donc l’alléger le plus possible. On est arrivé chacune à un poids de 11-12kg, ce qui n’est pas négligeable non plus…

Nous nous sommes un peu préparées avant. Je m’étais inscrite dans une salle de sport de mai à juin, et allais à 2 ou 3 cours par semaine. C’était plutôt de la zumba, de l’aéro energy ou latino, je n’ai pas suivi de cours de renforcement musculaire. Mais enchaîner une choré pendant 45 minutes sans quasiment s’arrêter, cela fait être en forme… J’ai aussi fait un petit peu de randonnées, dont une de 18km, histoire de voir à quoi m’attendre. Je me déplace en vélo pour aller au travail, donc je comptais là dessus aussi.

Les constructions en roches volcaniques du Massif Central
Les constructions en roches volcaniques du Massif Central

Nous sommes arrivées la veille de notre départ au Puy en Velay, pour être prêtes pour attaquer dès le lendemain matin ! Et oui ce sont des vacances, mais réveil matinal : debout à 7h tous les jours !

Et le premier jour, départ pour direct une étape de 20km, jusqu’au Monastier sur Gazeille ! Et oui on ne rigole pas ! On avance assez bien, je suis surprise d’arriver à bien avancer malgré mon lourd fardeau de sac. On découvre le Massif Central, qui est une très belle région. Les volcans sont très jolis, et les paysages très agréables à regarder avec leurs différentes couleurs.

Les volcans d'Auvergne
Les volcans d’Auvergne

Notre premier obstacle est une looooongue montée sur une route goudronnée. Cela demande beaucoup d’efforts de monter, surtout avec un chargement sur le dos. Et on se rend compte que le goudron est vraiment la surface la moins agréable pour marcher, car c’est tellement dur que cela fait mal aux pieds. Mais on arrive au dessus, pause pour le midi. Et c’est reparti ! On continue à monter, mais cette fois sur des petits sentiers plus agréables, même si étroits et remplis de cailloux. Mais on arrive finalement au sommet, d’où l’on peut voir tout en bas notre destination du jour !

Un volcan et le chemin :)
Un volcan et le chemin :)

Et oui, il faut redescendre tout ce que l’on vient de monter, et cela ne sera pas la seule fois que cela arrivera… C’est la fin de la journée, il est plus de 16h, on est vraiment très fatiguées, mais pas le choix il faut continuer ! La randonnée demande en effet beaucoup de détermination et de volonté, car même si on n’en peut plus, même si nos pieds nous font souffrir, pas le choix il faut continuer.

Donc on continue ! Petit à petit par petits pas, on finit par arriver au camping. Et on est fières de nous, car on a bien survécu à la première journée ! Et petit plus, le camping a une piscine, l’idéal pour soulager nos muscles et nos pieds endoloris ! On croise dans la journée un groupe de 3 hommes retraités et un homme de 40 ans, que l’on recroisera régulièrement au cours de notre périple.

 Le soir on soulage nos muscles avec de la crème pour éviter les courbatures le lendemain et on s’occupe de nos pieds avec de la crème anti-échauffement, à mettre le matin et le soir pour éviter les ampoules. Nos pieds sont vraiment très sollicités, et il est important d’en prendre soin.

Coucher 22h… Lever 7h, et c’est reparti !

J’ai quelques courbatures de la veille, mais rien d’insupportable, je peux encore très bien marcher et porter mon gros sac ! Et c’est reparti pour une étape de 24km cette fois, jusqu’au Bouchet Saint Nicolas…

2015-07-27 11.18.42

Et la matinée va se révéler être très compliquée… Montée bien raide avec de gros cailloux direct dans la forêt pour bien commencer la journée (mais le matin on est encore en forme, donc les montées le matin c’est tout à fait faisable), et ce n’est pas fini, car il faut tout redescendre ! Et sur un chemin vraiment pas praticable… Je suis vraiment très heureuse d’avoir mes bâtons de randonnée car ils permettent de prendre appui sur des cailloux dans les chemins difficiles, et de me donner de la force dans les montées. Ils facilitent vraiment grandement la marche. Mais on descend, on descend… pour arriver dans un charmant village traversé par la Loire.

Le château de Goudet, et la Loire qui coule au fond de la vallée
Le château de Goudet, et la Loire qui coule au fond de la vallée

Et vous croyez que les dénivelés c’était fini pour ce matin? Non, pas du tout ! On remonte encore une fois ce que l’on vient de descendre ! (Oui on s’amuse bien) Grande montée bien raide, encore impraticable, remplie de gros cailloux. Mais à force d’efforts et de persévérance, on arrive au dessus, fières de nous mais en se demandant ce que nous réserve l’après midi !

Heureusement l’après midi est plus facile, car c’est seulement du plat, dans de très jolis paysages. Mais comme la matinée nous a fatigué, l’après midi est long et pénible… J’ai vraiment beaucoup de mal à arriver à la fin, dans notre gîte à défaut de camping, mais pas le choix, il faut avancer. J’arrive le soir, épuisée, mais la soirée est très agréable car on mange avec d’autres randonneurs, dont les 3 hommes que l’on avait croisé hier. Et c’est très sympa de pouvoir discuter avec d’autres personnes.

Le chemin et les jolies fleurs violettes qui nous accompagnent :)
Le chemin et les jolies fleurs violettes qui nous accompagnent :)

Je suis heureuse d’avoir réussi à tenir les deux premières journées, mais les difficultés vont commencer à apparaître. La fille avec laquelle je suis marche vraiment beaucoup plus vite que moi et je commence à avoir mal sous les pieds…

Mais ce n’est que le début, il reste encore 5 jours de marche et il faut bien continuer ! Que va nous réserver la suite ?

PS : Je pensais faire un seul article pour résumer ma semaine, mais j’aime bien la raconter en fait, donc voici la première partie :*

Publicités

5 commentaires sur « Une semaine de randonnée #1 [Le Chemin de Stevenson] »

  1. Bonne route et bon courage!
    Il y a tout juste un an nous avons fait le Puy – Conques. Les grandes randonnées sont des vrais moments pour se ressourcer. Le seul risque c’est d’y prendre goût.

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire! Mais j’ai fini ma randonnée il y a plus de deux semaines déjà ^^
      Ah oui on a croisé un couple qui a fait cette randonnée aussi, ils ont dit que c’était très beau! Oui ça fait du bien, mais je n’ai pas tout aimé, donc on verra à l’avenir ce que je ferai!

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.