Ce que m’a apporté une pause dans ma routine

Ma semaine de randonnée m’a permis de quitter ma routine, de vivre dans un environnement différent de l’habituel, et surtout d’être coupée d’Internet. (C’était un choix, mais de toute façon, la 3G ça passe pas trop dans les villages paumés du Massif Central et du Languedoc-Roussillon !) Et cette pause m’a apporté plusieurs choses, que je voulais partager avec vous.

Cette image est vraiment trop mignonne pour ne pas être partagée! - Source : Photo of the Day, National Geographic
Cette image est vraiment trop mignonne pour ne pas être partagée! – Source : Photo of the Day, National Geographic

Déjà, j’ai pu prendre du recul sur ma consommation d’Internet : ce que je lisais, et combien de temps j’y passais.

  • J’ai arrêté de lire certaines publications que je surveillais quotidiennement

Je suivais avec beaucoup d’assiduité un groupe Facebook, même si toutes les mentalités ne me plaisaient pas là bas. Et à mon retour, en relisantsur ce groupe, je me suis rendue compte, que non définitivement, les mentalités de certaines personnes me dérangeaient, et que je n’avais pas besoin de ce négatif dans ma vie. De plus, de nombreuses conversations n’avaient aucun intérêt pour moi, et si je les lisais toutes sans louper un commentaire avant, je me suis rendue compte que je ne faisais pas un bon usage de mon temps en les lisant. J’ai donc pris de la distance avec ce groupe, je survole les publications pour voir si quelque chose m’intéresse, et puis c’est tout. Et je m’en porte très bien.

  • J’ai fait du tri dans mes conversations virtuelles

Avant de partir, je conversais quotidiennement avec un Grec rencontré sur Internet. (OkCupid les amis) On s’envoyait des selfies tous les jours, mais je commençais à me lasser, car notre « conversation » se résumait à « Good morning!!! How are you today? I wish you a gooood day! » Et puis voilà, pas vraiment d’interaction entre nous. Quand je suis rentrée de vacances, et que j’ai vu qu’il m’avait envoyé plein de photos de ses vacances, sans aucun texte, sans rien, sans me demander si cela se passait bien pour moi, je n’ai vraiment pas eu envie de continuer. En recevant ses messages, j’ai vraiment l’impression que j’étais l’occasion d’envoyer des messages pour dire « regarde comme je passe de bonnes vacances, regarde comme c’est beau où je suis, regarde comme je m’amuse bien avec mes super amis, regarde comme je suis beau – Regarde moi !«  Sérieusement, c’est l’impression que j’ai de cet « échange ». Donc je lui ai dit ce que je pensais, et normalement nos conversations sont finies, et cela me fait du bien aussi d’avoir mis fin à cet échange qui ne m’apportait rien.

Prendre du recul m’a ainsi permis de me demander ce qui était vraiment bon pour moi, ce qui m’apportait vraiment quelque chose.

Source: Deviant Art, by Lonelywolf2
Source: Deviant Art, by Lonelywolf2

 Je me suis aussi posée des questions sur mes journées de travail.

  • Je ne reste plus sur mon lieu de travail toute la journée

Je restais toute la journée dans mon entreprise, même si je n’habite pas loin, parce que je suis impatiente quand je roule en voiture en ville, je m’énerve rapidement avec les feux rouges ou les gens qui ne roulent pas à l’allure requise, et parce que je me disais que cela me faisait gagner du temps, comme je n’avais pas le temps de trajet. Mais qu’est ce que je faisais de ce temps ? Rien, je traînais sur Internet, et je n’avais pas vraiment d’endroit où m’isoler pour être tranquille. Il y avait certes quelques collègues qui restaient là, mais ce n’était quasiment que des personnes qui ne pouvaient rien m’apporter et avec lesquelles je n’avais pas de conversation. J’avais pris l’habitude de ce rythme, comme l’année dernière j’habitais trop loin pour faire l’aller retour.

Et puis je me suis dit que, quand même, quitter mon entreprise le midi ne pourrait que me faire du bien, et que je n’allais pas être plus seule chez moi que je ne l’étais là bas. Alors quand je suis retournée au boulot, je me suis forcée à le faire. Je pars le matin en vélo parce qu’il fait plus frais, et que ça réveille, et j’y retourne l’après midi en voiture pour varier un peu. Et cela me fait du bien, je suis contente de quitter ces lieux.

  • Je me suis mise au yoga

J’ai aussi commencé à mettre en place un autre changement dans ma routine. J’ai actuellement plein de travail à faire, et il faut que j’étudie encore après ma journée de boulot. Or, je suis assise toute la journée, et quand je rentre, je me mets (encore ahah) devant l’ordinateur, donc ces conditions ne sont pas motivantes pour me donner de l’énergie et m’amener à travailler. Je pourrais aller faire du sport dans une salle, mais je ne fais pas partie de ces gens qui ont plein d’énergie après avoir fait du sport, j’ai plus besoin d’être tranquille chez moi, que de courir partout. (Et courir tout court, je n’aime pas ça, ça m’ennuie) Donc il fallait que je trouve une solution. J’ai pensé à la méditation, qui permet de faire une coupure. Mais après avoir médité 9 jours de suite pendant mes vacances, je me suis rendue compte que oui la méditation c’est bien, mais que tous les jours, ça me lasse. Donc je me suis dit, autant allier les deux, et c’est là que j’ai eu l’idée de faire du yoga ! Je n’ai commencé il n’y a qu’une semaine pour le moment, mais cela me fait vraiment du bien ! J’ai trouvé des vidéos sur Youtube avec les mots clés « Yoga for beginners ». J’en fais pendant 10-15 minutes quand je rentre du travail, en fin de journée, et même si c’est peu, je me sens mieux, et cela me redonne de l’énergie.

Voilà pour les principaux changements que cette pause m’a amené :)

PS: Offrez des fleurs, ça fait plaisir aux gens!

Une semaine de randonnée #1 [Le Chemin de Stevenson]

Tout a commencé par la lecture du livre Wild (livre dont je vous recommande la lecture pour vous évader, sauf si vous ne voulez pas prendre le risque d’avoir envie de partir en randonnée…), que j’ai lu après ma rupture. L’auteur raconte sa randonnée de 3 mois sur le Pacific Crest Trail, un très long chemin qui longe la côte ouest des Etats Unis. Elle parle de ce que cela lui a apporté, on ressent beaucoup de choses, et cela nous donne à nous aussi envie de prendre le large.

Mais partir seule? Non, pas pour une première randonnée. J’ai alors consulté le forum de Madmoizelle, où une autre membre voulait faire une randonnée aussi. Nous avons pris contact, et nous sommes décidées pour… le chemin de Stevenson, une randonnée qui part du Puy-en-Velay, en Auvergne dans le Massif Central, et qui arrive à Alès, dans le Languedoc-Roussillon. Stevenson est l’auteur de notamment L’ïle au Trésor. Il a parcouru cet itinéraire en 1878 – à une époque où marcher pour le plaisir vous faisait passer plutôt pour un fou. Peu après, il a publié un livre, Voyage avec un âne dans les Cévennes, et ce chemin est devenu célèbre grâce à lui.

Nous avons convenu des dates, et préparé nos affaires. Et cela demande de réfléchir car nous allions dormir en camping quand c’était possible, et porter nos sacs toute la journée sur le dos. Il fallait donc l’alléger le plus possible. On est arrivé chacune à un poids de 11-12kg, ce qui n’est pas négligeable non plus…

Nous nous sommes un peu préparées avant. Je m’étais inscrite dans une salle de sport de mai à juin, et allais à 2 ou 3 cours par semaine. C’était plutôt de la zumba, de l’aéro energy ou latino, je n’ai pas suivi de cours de renforcement musculaire. Mais enchaîner une choré pendant 45 minutes sans quasiment s’arrêter, cela fait être en forme… J’ai aussi fait un petit peu de randonnées, dont une de 18km, histoire de voir à quoi m’attendre. Je me déplace en vélo pour aller au travail, donc je comptais là dessus aussi.

Les constructions en roches volcaniques du Massif Central
Les constructions en roches volcaniques du Massif Central

Nous sommes arrivées la veille de notre départ au Puy en Velay, pour être prêtes pour attaquer dès le lendemain matin ! Et oui ce sont des vacances, mais réveil matinal : debout à 7h tous les jours !

Et le premier jour, départ pour direct une étape de 20km, jusqu’au Monastier sur Gazeille ! Et oui on ne rigole pas ! On avance assez bien, je suis surprise d’arriver à bien avancer malgré mon lourd fardeau de sac. On découvre le Massif Central, qui est une très belle région. Les volcans sont très jolis, et les paysages très agréables à regarder avec leurs différentes couleurs.

Les volcans d'Auvergne
Les volcans d’Auvergne

Notre premier obstacle est une looooongue montée sur une route goudronnée. Cela demande beaucoup d’efforts de monter, surtout avec un chargement sur le dos. Et on se rend compte que le goudron est vraiment la surface la moins agréable pour marcher, car c’est tellement dur que cela fait mal aux pieds. Mais on arrive au dessus, pause pour le midi. Et c’est reparti ! On continue à monter, mais cette fois sur des petits sentiers plus agréables, même si étroits et remplis de cailloux. Mais on arrive finalement au sommet, d’où l’on peut voir tout en bas notre destination du jour !

Un volcan et le chemin :)
Un volcan et le chemin :)

Et oui, il faut redescendre tout ce que l’on vient de monter, et cela ne sera pas la seule fois que cela arrivera… C’est la fin de la journée, il est plus de 16h, on est vraiment très fatiguées, mais pas le choix il faut continuer ! La randonnée demande en effet beaucoup de détermination et de volonté, car même si on n’en peut plus, même si nos pieds nous font souffrir, pas le choix il faut continuer.

Donc on continue ! Petit à petit par petits pas, on finit par arriver au camping. Et on est fières de nous, car on a bien survécu à la première journée ! Et petit plus, le camping a une piscine, l’idéal pour soulager nos muscles et nos pieds endoloris ! On croise dans la journée un groupe de 3 hommes retraités et un homme de 40 ans, que l’on recroisera régulièrement au cours de notre périple.

 Le soir on soulage nos muscles avec de la crème pour éviter les courbatures le lendemain et on s’occupe de nos pieds avec de la crème anti-échauffement, à mettre le matin et le soir pour éviter les ampoules. Nos pieds sont vraiment très sollicités, et il est important d’en prendre soin.

Coucher 22h… Lever 7h, et c’est reparti !

J’ai quelques courbatures de la veille, mais rien d’insupportable, je peux encore très bien marcher et porter mon gros sac ! Et c’est reparti pour une étape de 24km cette fois, jusqu’au Bouchet Saint Nicolas…

2015-07-27 11.18.42

Et la matinée va se révéler être très compliquée… Montée bien raide avec de gros cailloux direct dans la forêt pour bien commencer la journée (mais le matin on est encore en forme, donc les montées le matin c’est tout à fait faisable), et ce n’est pas fini, car il faut tout redescendre ! Et sur un chemin vraiment pas praticable… Je suis vraiment très heureuse d’avoir mes bâtons de randonnée car ils permettent de prendre appui sur des cailloux dans les chemins difficiles, et de me donner de la force dans les montées. Ils facilitent vraiment grandement la marche. Mais on descend, on descend… pour arriver dans un charmant village traversé par la Loire.

Le château de Goudet, et la Loire qui coule au fond de la vallée
Le château de Goudet, et la Loire qui coule au fond de la vallée

Et vous croyez que les dénivelés c’était fini pour ce matin? Non, pas du tout ! On remonte encore une fois ce que l’on vient de descendre ! (Oui on s’amuse bien) Grande montée bien raide, encore impraticable, remplie de gros cailloux. Mais à force d’efforts et de persévérance, on arrive au dessus, fières de nous mais en se demandant ce que nous réserve l’après midi !

Heureusement l’après midi est plus facile, car c’est seulement du plat, dans de très jolis paysages. Mais comme la matinée nous a fatigué, l’après midi est long et pénible… J’ai vraiment beaucoup de mal à arriver à la fin, dans notre gîte à défaut de camping, mais pas le choix, il faut avancer. J’arrive le soir, épuisée, mais la soirée est très agréable car on mange avec d’autres randonneurs, dont les 3 hommes que l’on avait croisé hier. Et c’est très sympa de pouvoir discuter avec d’autres personnes.

Le chemin et les jolies fleurs violettes qui nous accompagnent :)
Le chemin et les jolies fleurs violettes qui nous accompagnent :)

Je suis heureuse d’avoir réussi à tenir les deux premières journées, mais les difficultés vont commencer à apparaître. La fille avec laquelle je suis marche vraiment beaucoup plus vite que moi et je commence à avoir mal sous les pieds…

Mais ce n’est que le début, il reste encore 5 jours de marche et il faut bien continuer ! Que va nous réserver la suite ?

PS : Je pensais faire un seul article pour résumer ma semaine, mais j’aime bien la raconter en fait, donc voici la première partie :*

Mes petits bonheurs ~~

Comme promis ici, voici la liste de mes petits actuels :)

Enfin actuels… J’ai écrit cet article fin juillet, avant de partir en vacances. Je ne l’ai pas publié avant parce que, hum j’ai un peu fui. C’était une belle aventure d’être en Une sur Hellocoton, mais avoir attiré plein de lecteurs m’a un peu mis la pression et j’ai préféré laisser le temps passer…

Donc,

  • Aller voir le feu d’artifice du 14 juillet sans être nostalgique de celui de l’année dernière, que j’avais vu avec mon ex, et passer un bon moment avec des amis à s’émerveiller devant toutes ces couleurs, ces éclats dorés – oh un papillon, tu as vu là bas?
  • Manger des crudités, associer les saveurs, se faire plaisir avec toutes ces couleurs. Ah oui, et manger des fruits aussi…
  • Recevoir un colis avec plein de nouveaux thés à tester, suite à un échange. Redécouvrir les thés au caramel et au chocolat sous un nouveau jour, avec des saveurs plus subtiles et délicates que celles que j’avais déjà testées. (thés de la marque Twinings, mais ils viennent d’Angleterre, donc je ne sais pas s’ils se trouvent en France) Savourer une association encore inconnue de mon thé (sans thé) préféré : Rooibos – myrtilles.
  • Quelque part dans les Alpes...
    Quelque part dans les Alpes…
  • Passer un week-end à la montagne dans les Alpes avec des amies, s’émerveiller devant la vue qu’offre le chalet – des montagnes enneigées face à nous, en plein été -, apprécier le repas qu’a préparé une amie qui était là avant nous.
  • Se rapprocher de la nature lors d’une randonnée, emprunter des chemins étroits, qui grimpent, qui grimpent, et oh attention cette fois ça descend, et c’est bien raide ! Etre impressionnée par le bruit du torrent qui cavalcade tellement vite en descendant la montagne, oser s’élancer sur le pont qui traverse cette eau furieuse, se sentir intimidées, mais aller jusqu’au bout, et continuer, fières de nous !
  • Se sentir vidée après cette dépense physique – mais qu’est ce que cela fait du bien de se dépasser et de se dépenser !
  • Découvrir la randonnée pour préparer mon voyage – une semaine de marche dans les Cévennes -, et aimer ce contact avec la nature, cette pause dans notre vie quotidienne, se dire que j’on aimerais bien en refaire après.
  • Avoir plus que hâte de partir pour se ressourcer, et utiliser son corps plus que son cerveau, lui qui surchauffe beaucoup depuis plusieurs mois.
  • Quelque part dans les Alpes...
    Quelque part dans les Alpes…
  • Retrouver ses marques dans sa vie de célibataire, et se sentir bien ainsi. Apprécier d’être de retour dans mon appartement, dans UNE SEULE ville. Aimer la ville où j’habite, être contente d’être ici.
  • Lire les petits bonheurs de Miss Blemish et me dire que moi aussi j’aurai droit à cette complicité un jour ;) Etre heureuse d’avoir réussi à se confronter à soi-même et de s’être décidé de sortir de cette mentalité négative.
  • Etre motivée et déterminée face à ma surcharge de travail… (Pour l’explication du « Détermination Discipline Travail », je suis donc au travail dans mon entreprise 7h par jour, et en plus de ça, j’ai mon mémoire à faire, et un examen à préparer pour fin octobre, avec des tonnes de choses à apprendre… Voilà voilà, mais ça va bien se passer, c’est pas grave)
  • Créer mon univers avec mon blog, et vous faire voyager dedans….

La suite bientôt, avec le compte rendu de ma randonnée ;) Bonne soirée/journée à tou.te.s!