Réapprivoiser la solitude

Il y a quatre mois, je suis retournée dans la ville de mes études, tu sais là bas, là où il habite, lui ton mec, ton amoureux. Comme vous étiez presque voisins (le hasard de la vie qui fait bien les coïncidences), très vite, tu as pris peu à peu place dans son appartement. Très vite, la solitude n’a plus été qu’un souvenir. Tu sais, toutes ces soirées seule, ces repas seule, ce silence, cette absence de paroles, tout ce qui était ton quotidien avant est devenu passé. Pendant quatre mois, tu as appris à vivre à deux, appris à renouer avec la parole, appris à raconter tes journées toi qui n’avais personne à qui le raconter autant avant. Tu as appris à dire au revoir à ta solitude, à ces si nombreux moments où tu étais seule, et ça n’a pas forcément été facile car tu étais tellement habituée à ce mode de vie depuis des années… Ce mode de vie que tu apprécies, la solitude, le silence ne te font pas peur et te permettent de reprendre de l’énergie.

Le temps est passé, tu t’es faite plus ou moins bien à cette nouvelle vie, même si tu as eu la sensation de te perdre entre lui et tes études. Du temps pour lui, du temps pour tes études, du temps pour toi, mais plus vraiment de temps pour te retrouver confrontée à toi-même, pour te retrouver face à toi, pour te poser, prendre du recul. Il était là, plus besoin de toi pour t’occuper toi-même, tu avais quelqu’un avec qui passer du temps. Et si ce n’était pas avec lui, tes études étaient là.

Et puis le temps est passé, tu as perdu l’habitude de la solitude. Mais cette époque est révolue, tu es retournée dans la ville de ton entreprise, tu as repris un appartement là bas (encore une fois, mon 8e logement depuis deux ans et demi (oui 8e), ça casse le rythme, mais je voulais le dire, parce que bon *lève les yeux au ciel* assez incroyable et bizarre cette instabilité) (enfin ce sont les opportunités de la vie) (clin d’oeil à Charlie, les opportunités de la vie font ce que l’on est, chacun son rythme, chacun sa vie, osef des autres)

Et donc, et puis le temps est passé, tu es retournée dans la ville de ton entreprise, pas la même ville que là où ton mec habite, et tu ne pourras plus le voir que les week ends. Au revoir vie à deux, rebonjour solitude…

Première nuit seule dans ton nouvel appartement, tu ressens le poids de la solitude, ce silence, cette confrontation à toi même. Tu te rends compte que la solitude t’angoisse, tu n’as jamais aussi bien dormi pendant ces quatre mois avec lui, tu te rends compte que tu as perdu l’habitude d’être seule. Tu te rends compte qu’il faut réinventer ta vie, qu’il faut la faire revivre, lui redonner des couleurs.

Mais tu es heureuse de cela, avoir enfin du temps pour toi pour construire ta vie et pour ne plus te perdre en lui ou te perdre dans tes études. Avoir du temps pour te construire. Tu te rends compte que oui, la solitude c’est précieux, que oui passer du temps seule avec soi-même c’est précieux. Cela évite de se perdre dans les autres, de se diluer. Cela permet de se retrouver soi, de savoir qui l’on est. Même si avoir quelqu’un à côté de soi est rassurant, nous sommes la première personne dans notre vie, c’est nous qui la faisons vivre et qui lui donnons des couleurs, autant apprendre à apprivoiser la solitude…. 74387_1600x1200-wallpaper-cb1387314179

Publicités

Vie à l’arrêt

(PS: ce post est négatif, vous êtes prévenus)

 

Je me sens découragée

Je n’ai plus envie de poster.

Je me sens dépassée

Je lis tous vos articles

Et je me dis « Et moi, il se passe quoi dans ma vie ? »

 

Il se passe

Mes études, mon mec, moi

Du temps pour moi

Nécessaire pour préserver mon énergie

Et retrouver mon équilibre

Pour éviter de me disperser

Je ne cherche pas à voir mes amis

A sympathiser avec d’autres personnes

Avec ceux de ma classe

 

Alors je me sens dépassée

J’ai l’impression de ne plus profiter

Même si je ne suis pas totalement enfermée

Même si je fais vivre mes amitiés.

 

Pourtant je ne me sens pas malheureuse,

Mais quand je vous vois avancer

Je me sens à l’arrêt – Arrêtée

Comme si je n’avançais plus –

Comme si je stagnais

 

Mais je me centre sur l’essentiel

Je veux vraiment réussir mes études

Alors je me garde du temps pour travailler

Et puis à côté…

 

Alors je me dis « à quoi bon encore poster ? »

« A quoi bon encore lire leurs blogs ? »

Alors je suis moins là

Je m’implique beaucoup moins

Et puis on verra

 

J’ai l’impression de stagner, j’suis nulle socialement parlant

Je ne suis pas à l’aise avec les gens à l’aise

Qui parlent, qui racontent leur vie

Qui se trouvent intéressants

Moi je me sens stupide

Inintéressante

Je ne sais pas m’exprimer

Et rendre les choses intéressantes

– De toute façon

 

Je ne sais pas faire rire les gens

Je parle mais je me sens ennuyeuse – mais je suis ennuyeuse

Alors ça ne me donne plus envie d’intervenir

– De toute façon

 

Je suis incapable de parler fort

Je ne sais pas comment faire

On ne m’entend pas

Alors j’abandonne

Et dans un groupe je ne parle pas

– De toute façon

Enfin ça dépend du contexte

Parfois je suis à l’aise

Parfois je ne le suis pas, j’me sens oppressée,

Jugée, analysée,

Alors je fuis, je me ferme, je ne m’implique pas

Je me sens nulle

Sans valeur

Ca me donne juste envie de fuir

D’éviter cette situation gênante

– Ô toi évitement social

 

Le meilleur moyen d’aggraver la situation

Peur, fuite, peur, fuite, peur, et encore, encore…

 

– De toute façon

Je ne suis pas du tout charismatique

Je ne sais pas me faire aimer des gens

Je suis invisible – sauf pour quelques uns

Alors je me dis « à quoi bon ? »

 

Je ne veux pas être aimée par tous

– C’est impossible –

Mais seulement être plus visible

Mais faut croire que c’est pas fait pour moi

Alors ça me donne envie de fuir

 

Mais je me dis qu’il y a quelques personnes qui m’aiment

 

Alors je reste, je lutte contre cette envie de fuir

De partir

Sans rien dire

Je lutte contre ce sentiment « T’es nulle et inintéressante

De toute façon

Les gens s’en foutent de toi. »

 

Et puis j’avance

Maladroitement certes

Mais au moins je suis toujours là

Je lutte contre mes démons

J’avance, je recule parfois

Mais au moins je suis toujours là

 

Je ne veux pas abandonner

Tout lâcher

Alors j’avance

Et au moins je suis toujours là.

 

PPS: désolée de déserter vos blogs, et bon je sais je ne mérite pas de commentaires sur cet article vu ma non implication depuis quelques temps, mais bon j’avais envie de poster….

 

bird-misty-morning_73859_990x742